ANR Occupations militaires

Les mots de l’occupation
  1. Les mots de l’occupation (Atelier d’Athènes, 17-18 mars 2008)


La définition de la notion d’occupation a été menée dans une perspective historique, afin de saisir les variations de cette notion en fonction des époques et des acteurs impliqués et de mener, dans le même temps, une réflexion sur les notions connexes d’invasion et d’annexion. L’enquête consiste tout d’abord en une approche historiographique, concernant au premier chef la conquête ottomane et la question de la sortie de l’occupation, en interrogeant la structure de l’ordre ottoman progressivement mis en place.

Elle s’étend à toutes les formes d’occupations occasionnées par les guerres liées à la Question d’Orient, qui ont vu se multiplier les occasions de présence militaire des grandes puissances européennes dans les Balkans, en tentant entre autres de discerner comment elles furent ressenties sur place (forces d’occupation ou de libération). Dans toutes les études de cas, l’emploi des mots utilisés par les différentes parties pour qualifier la présence militaire et les opérations sur le terrain constituent le point de départ de l’enquête. Une telle étude lexicale permet d’introduire la réflexion sur la nature des occupations, sur les enjeux diplomatiques et nationaux qu’elles représentent, mais aussi, d’une façon plus générale, de mener une étude comparée des mots d’une part et des situations de violence sur le terrain d’autre part.

Les pratiques de l’occupation
Les pratiques de l’occupation (atelier prévu en 2009)

L’année 2009 sera consacrée au terrain de l’occupation, dans ses aspects militaires, mais aussi aspects plus civils (administration, réorganisation, appropriation de la terre, cadastration etc). Un atelier sera organisé au printemps 2009 à l'IFEA.

Lien entre occupation et mutations de l’outil militaire
Lien entre occupation et mutations de l’outil militaire ( atelier prévu en 2010)

Un dernier volet de l’enquête sera enfin consacré au lien entre occupation et mutations de l’outil militaire, notamment à propos des transformations et de la modernisation de l’armée dans l’Empire ottoman et dans les États nouvellement créés, qui eurent une lourde incidence sur la structure des sociétés locales, encore largement liée au recrutement des irréguliers et des milices. Á ce titre il faut rappeler combien l’occupation, moment de mobilisation militaire et idéologique, est un facteur de socialisation politique qui contribue à cliver les communautés et à faire cristalliser le sentiment national.