La nation contre le sultan. Sur les origines intellectuelles de la révolution constitutionnelle ottomane de 1908

La nation contre le sultan. Sur les origines intellectuelles de la révolution constitutionnelle ottomane de 1908

Intervention en français

Erdal Kaynar, Université de Strasbourg
Séance modérée par Denis Hermann (IFEA)

La pensée du mouvement jeune-turc fait partie des aspects les plus étudiés de l’histoire de la fin de l’Empire ottoman. Cependant, des travaux sur la pensée constitutionnaliste jeune-turque sont peu en nombre et porte la tendance d’accoler à celle-ci des interprétations rapides en forme de clichés plutôt que d’en proposer une analyse en profondeur. Cette présentation se concentrera sur les publications d’Ahmed Rıza, idéologue en chef des Jeunes Turcs, pour étudier comment une pensée constitutionnaliste se construisait à travers un nouveau langage socio-politique qui redéfinissait les fondements de l’Empire ottoman. Sans être toujours formulé en termes de théorie politique, cette pensée constitutionnaliste s’articulait à travers une nouvelle perception du monde en mouvement perpétuel dans laquelle l’état de l’Empire ottoman et le règne d’Abdülhamid II en particulier s’expliquait comme un retard à la fois temporel et politique.

Le pouvoir monarchique absolu était ainsi opposé au concept de la nation (millet) qui apparaissait comme le détenteur véritable de la souveraineté politique. Le constitutionnalisme ressortait en conséquence non seulement comme une valeur politique mais comme une nécessité civilisationnelle pour sauver l’Empire ottoman et l’inscrire dans la marche du progrès.

C’est cette nouvelle manière de donner sens à l’état de l’Empire ottoman qui rendait possible la restructuration du système politique ottoman par la révolution de 1908.

Détails

Date de l'événement 11/01/2022 6:00 pm
Places Illimitée
Inscrit.e.s 13
Lieu IFEA

Conférencier.e.s

Erdal Kaynar

Université de Strasbourg

Les inscriptions pour cet événement sont closes.

Plan de localisation

Conférences en ligne

Installé dans les locaux du drogmanat du Palais de France (ancienne Ambassade de France auprès de la Sublime Porte), l'Institut français d'études anatoliennes "Georges Dumézil" a succédé en 1975 à l'institut français d'archéologie d'Istanbul fondé en 1930. À l'origine orienté vers l'histoire ancienne et l'archéologie, il a ensuite étendu ses activités à la turcologie (linguistique et histoire ottomane en particulier). Il a commencé à s'ouvrir au contemporain à la fin des années 1980, notamment a