L'intégration socio-culturelle dans l’élaboration de la notion de « l'autre » et du « nous » en Turquie

L'intégration socio-culturelle dans l’élaboration de la notion de « l'autre » et du « nous » en Turquie

Intervention en turc

Organisé par l’Axe AMiMo de l'IFEA en collaboration avec l’Association pour les recherches sur les migrations (GAR)

Hacı Çevik (Université Hacettepe)

La Turquie, devenue un pays avec une importante immigration, donne une place importante aux politiques d’intégration ces dernières années. Celles-ci affectent directement la communauté des immigrés, les réfugiés ainsi que la population locale. Les origines de la structure de la société multiculturelle, qui permet à différentes communautés de vivre ensemble, se retrouvent dans ces politiques d'intégration. Dans ce contexte, les politiques d'intégration doivent être établies sur une base multidimensionnelle et multi-acteurielle. Cependant, la continuité de l’identité nationale fondatrice de la Turquie, qui s'est construite en tant qu'État-nation, s'étend aux politiques d'intégration d'aujourd'hui. Dans ce contexte, il sera pertinent d'analyser l'approche des mécanismes de pouvoir des politiques migratoires dans le cadre de cette continuité.

Ma recherche doctorale, s’oriente sur la compréhension des réflexions sociales et politiques de l'intégration socioculturelle, qui est l'une des dimensions imbriquées de l'intégration, en Turquie. Dans cette étude, je vise à faire une analyse incluant les dimensions économiques, politiques, sociales et culturelles de l'intégration, avec la conscience des différents niveaux de réalité sociale, mettant plus en avant les enjeux d'intégration sociale et culturelle. Les politiques d'intégration socioculturelle mises en œuvre aujourd'hui (qui touchent directement la vie quotidienne et les relations intercommunautaires) sont plus compréhensibles dans le contexte de la construction de la notion de  l’ « autre » et du « nous » dans l’histoire et les politiques migratoires turques. Cette perspective comprend des indices importants sur les origines de la discrimination, qui a augmenté dans différents domaines et est devenue de plus en plus visible avec les recherches récentes. Les données obtenues à partir d'entretiens approfondis avec des réfugiés syriens et la population locale à Ankara, en se concentrant sur leurs perceptions et leurs attentes en matière d'intégration socioculturelle, constituent la base empirique de cette étude.

Diplômé d’une licence en sciences politiques et administration publique de l'Université de Kocaeli, Hacı Çevik, a obtenu une maîtrise en science politique à l'Université d'Ankara. Puis il a soutenu sa thèse intitulée « La politisation dans le contexte de l'immigration vers les pays européens : exemples de la province de Kulu et de Cihanbeyli ». La version retravaillée de sa thèse , « Y a-t-il des Kurdes à Konya ? Les Kurdes d'Anatolie centrale et la politisation des Kurdes » a été publiée en 2021 par les éditions İletişim Yayınlar. Il poursuit actuellement ses recherches dans le département des affaires sociales de l'Université Hacettepe et le département de sociologie de l'Université de Potsdam. Il est également maître de conférence au département des affaires sociales à l'Université Hacettepe. Ses recherches portent sur l'identité politique kurde, les Kurdes d'Anatolie centrale, la discrimination ethnique, le nationalisme, la politisation, l'immigration et l'intégration.

Détails

Date de l'événement 26/01/2022 6:00 pm
Places Illimitée
Inscrit.e.s 0
Lieu Zoom meeting

Conférencier.e.s

Hacı Çevik

Université Hacettepe

Partenaire.s

Les inscriptions pour cet événement sont closes.

Conférences en ligne

Installé dans les locaux du drogmanat du Palais de France (ancienne Ambassade de France auprès de la Sublime Porte), l'Institut français d'études anatoliennes "Georges Dumézil" a succédé en 1975 à l'institut français d'archéologie d'Istanbul fondé en 1930. À l'origine orienté vers l'histoire ancienne et l'archéologie, il a ensuite étendu ses activités à la turcologie (linguistique et histoire ottomane en particulier). Il a commencé à s'ouvrir au contemporain à la fin des années 1980, notamment a