A. de Tapia (traductrice) - Abdulvahap Kara (auteur), Mustafa Tchokaï : Une vie pour l’indépendance du Kazakhstan

Kara Abdulvahap, Mustafa Tchokaï, Une vie pour l'indépendance du Kazakhstan, (traduit du turc par Aude Aylin de Tapia), L'Harmattan, 2013

La France tient une place particulière dans l'histoire de l'indépendance du Kazakhstan. La cause en est qu'entre 1921 et 1941, Mustafa Tchokaï a engagé sa vie en menant la lutte à Paris pour obtenir l'indépendance d'un futur Kazakhstan hors de l'Union soviétique. Avec la Révolution d'Octobre 1917 et la fin de la Russie tsariste, les peuples bachkir, kazakh, ouzbek, kirghize, tatar et turkmène, ont tenté de créer leur état national alors que naissait en Russie l'espoir d'une construction démocratique. Parmi eux, les Kazakhs, avec le gouvernement national Ala(...) Orda d'Orenbourg, et les Ouzbeks, se sont unis pour former à Khokand le gouvernement du Turkestan. Mustafa Tchokaï y occupa le poste de Premier ministre. Après la chute, provoquée par les bolcheviks, de ce gouvernement et son départ pour l'Europe, sa lutte politique a continué en France aux côtés de démocrates russes comme A. Kerensky et P. Milioukov. La France, en offrant à Mustafa Tchokaï un cadre favorable pour ce combat, est devenu sa seconde patrie jusqu'aux débuts de la seconde Guerre mondiale. C'est pourquoi, alors que la menace nazie se précisait, il n'a pas quitté Paris pour aller aux Etats-Unis comme d'autres réfugiés venus de Russie, préférant partager les difficultés des Français. Mais, arrêté en juin 1941 par les Nazis occupant la France, il est mort à Berlin le 27 décembre de la même année. Le nom de de Mustafa Tchokaï a été donné à un square de Nogent-sur-Marne, où il vécut de 1923 à 1941. L'ouvrage n'est pas seulement utile à ceux qui s'interessent à l'histoire de l'Asie centrale, il s'adresse à toute personne curieuse de faire la rencontre d'une personnalité hors du commun.

Abdulvahap Kara, Professeur d'histoire à l'université Mimar-Sinan d'Istanbul, travaille sur l'histoire de l'Asie centrale et du Kazakhstan ainsi que sur les figures des intellectuels centrasiatiques émigrés vers la Turquie ou les pays d'Europe occidentale. Auteur de nombreux ouvrages, dont des traductions du kazakh au turc, il soutient activement le rapprochement des cultures turque et kazakhe.