• Defining residential graves

    Nicola Laneri
    University of Catania, Italy
    This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

    loghalTéléchargez l'article sur HAL-SHS

    Résumé :Since prehistoric times, the use of graves built within private houses has been a common burial custom of both Old and New World societies. Although efforts have been made by scholars to interpret the role these graves had in constructing the social, cultural and economic organization of ancient societies, there has been no attempt to clearly define the use of basic terminology, such as 'intramural', for this category of funerary depositions.The paper here presented will thus aim at defining a more coherent typology of 'residential graves' (i.e., a built tomb embedded within a dwelling and contemporary with it) and distinguish it from other types of funerary depositions that were part of the settlement (i.e. cists, pits, pithoi), but that are difficult to connect with the collective memory of the community. Such an epistemological exercise will facilitate interpretations carried out by scholars interested in mortuary archaeology and will also define the socio-economic value of residential graves as part of the construction of the familial memory. Moreover, to further elucidate the definition of residential graves I will also present a specific case study (i.e., Titriş Höyük during the late IIIrd millennium BC) in which the use of such funerary depositions was pivotal for framing the emergence of a new social class.

  • Burying a sage: the heroon of Thales in the agora of Miletos

    Alexander Herda
    Rotdornstr. 1, 12161 Berlin
    This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

    loghalTéléchargez l'article sur HAL-SHS

    Résumé :This article adresses the heroon of Thales in the agora of Miletos, so far only litterarily attested (§§ IV, VII). The sage was worshipped as secondary founder, having the status of a 'cultural hero', an age-old Indo-European concept. Graves of founders are typically placed on the agora (§ V), but not those of the mythical founders of Miletos, Asterios, Miletos and Kelados or Ionian Neileos (§ VI). Of the intramural heroa excavated in Miletos none can claim to be that of Thales: Neither 'Heroon I (the grave of the Macedonian general Dokimos?), II and III' (§ I), nor the 'Ehrengrab' in the courtyard of the Hellenistic bouleuterion, which is most likely an altar (§ II). Instead, a thesauros in the assembly hall may have served as a heroon (§ III), and the philosopher Anaximander may also have received cult in the bouleuterion (§ VIII). Finally, a chamber tomb slightly west of the bouleuterion is discussed (§ IX). At the end some general remarks on Greek hero cults are added, stressing the common concept of the immortal divine soul, again an Indo-European heritage, manifest for example in the apotheosis of the Hittite kings as well as that of the Roman emperors (§ X).

  • Emplacement et organisation de l'espace funéraire en Anatolie occidentale au Bronze ancien (IIIe millénaire)

    Bérengère Perello
    CNRS, Maison de l’Orient et de la Méditerranée
    UMR 5133, Archéorient, Lyon
    This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

    loghalTéléchargez l'article sur HAL-SHS

    Résumé :En Anatolie occidentale, le Bronze Ancien est caractérisé par l'apparition de nécropoles extra-muros, notamment à Demirci-Sarıket, Karataş-Elmalı, Kusura et Yortan. Ainsi, les quelques exemples référencés d'inhumation intra-muros sous le sol des habitations font figure d'exceptions (Beycesultan, Ovabayındır, Troie). Nous verrons que, au-delà de la distinction topographique, l'émergence des nécropoles extra-muros inaugure un changement majeur dans les relations entre le monde des vivants et le monde des morts et nous renseigne sur la structure et le fonctionnement de ces sociétés protohistoriques.

  • Intramural infant burials in the Aegean Bronze age. Reflections on symbolism and eschatology with particular reference to Crete

    P.J.P. Mc George
    British School at Athens
    This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

    loghalTélécharger l'article sur HAL-SHS

    Résumé : This paper reviews the cultural practice of intramural burials for infants in Greece, making reference to parallel practices in Anatolia, the Levant and Egypt. This age-old and widespread custom began with the earliest settled communities in the Near East and continued through the Chalcolithic and Bronze Age. Intramural burials in pits, cists and pots are known in Greece throughout the Bronze Age, whereas despite being relatively common on the mainland the practice barely impacted Crete until LMIA, the peak of Minoan trade exchanges with the Levant. In LMIA intramural pithos burials of infants occur, sporadically, at sites in East Crete and later in South Central Crete, while pit burials and a cist burial are known from LMIA at Knossos continuing until LMIII. Intramural burial was practiced for many millennia in different cultural and geographical settings, which may or may not suggest an underlying koine of belief, because given the complexity of human nature and the infinite variety of expression of human culture and beliefs there need not necessarily be a single explanation for this phenomenon at all times and in all places. In Crete, however, the context of some pithos burials seems to convey a funerary symbolism, which articulates the Minoans' religious belief in rebirth and hope for an afterlife

  • Les caveaux funéraires mégalithiques de la vallée de l'Euphrate au Bronze ancien. Le cas de Tilbeshar (2600-2300 aC)

    Christine Kepinski
    CNRS, ArScAn – HAROC, UMR 7041
    This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

    loghalTéléchargez l'article sur HAL-SHS

    Résumé :Le caveau funéraire de Tilbeshar, exemple unique en Turquie, se rattache à un petit corpus de tombes mégalithiques, familiales et à utilisation multiple, de la vallée de l'Euphrate, région riche de pratiques funéraires variées. Elles renferment toujours des offrandes abondantes, exotiques et précieuses. Le nombre considérable de pots en céramique induit des banquets et des rituels élaborés et réguliers ; ceux-ci sont mentionnés dans les sources écrites. Elles sont utilisées durant quelques siècles contemporains de processus de mutations sociopolitiques importantes, de l'émergence de grandes villes et vraisemblablement de structures de domination fondées sur des liens de parenté. Elles soulignent et maintiennent le statut de certaines familles.

  • O. Henry (éd.) - Le mort dans la ville

    Olivier Henry (éd.), Le Mort dans la ville Pratiques, contextes et impacts des inhumations intra-muros en Anatolie, du début de l'Age du Bronze à l'époque romaine, actes des 2e Rencontres d'Archéologie, Istanbul 14-15 novembre 2011, Istanbul, IFEA-Ege Yayınları 259p, ISBN 978-2-36245-009-9
    Télécharger le volume complet (16 Mb)

    Les 2è Rencontres d'Archéologie de l'IFEA bénéficient du soutien financier de TOTAL Turquie.TOTAL_LOGO_COUL_Q

    couv rencontres2011Sommaire

    O. Henry
     
    P.J.P. Mc George
     
    Christine Kepinski
     
    Bérengère Perello
     
    Nicola Laneri
     
    Julie Patrier
     
    Alexander Herda
     
    Olivier Henry
     
    Raymond Descat
     
    Damien Aubriet
     
    Elizabeth McGowan
     
    Anne Marie Carstens
     
    Oliver Hülden
     
    Martin Seyer
     
    Hadwiga Schörner
     
    Christof Berns
     
    Martin Steskal
  • Quelques réflexions sur les tombes intra-muros en Anatolie centrale au IIe millénaire aC

    Julie Patrier
    Post-doctorante ANR ViGMA, UMR 7044  
    Université de Strasbourg
    This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

    loghalTéléchargez l'article sur HAL-SHS

    Résumé :Les pratiques funéraires en Anatolie centrale au IIe millénaire aC n'ont pratiquement jamais fait l'objet d'études jusqu'ici. J'ai donc entrepris de traiter cette question, dans le cadre de l'ANR "ViGMA. Vivre, grandir, mourir dans l'Antiquité : Rites de passage individuels au Proche-Orient ancien", dirigée par Alice Mouton (CNRS, Strasbourg), en m'attachant plus particulièrement aux offrandes alimentaires faites aux morts. Dans cette contribution, je m'intéresse plus spécifiquement aux tombes intra-muros découvertes en Anatolie centrale au IIe millénaire aC. Après avoir présenté leurs typologies, je tente de les replacer dans le contexte historique et géographique envisagé.

  • Tombes de fondateurs dans les villes de Carie. Les exemples de Telmessos et de Syangela

    Raymond Descat
    Université Bordeaux 3/Ausonius CNRS
    This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

    loghalTéléchargez l'article sur HAL-SHS

    Résumé :L'exposé ne porte pas sur une découverte archéologique nouvelle mais sur quelque chose qui y ressemble fortement. En effet, une nouvelle identification est proposée dans R. Descat et K. Konuk, À l'Est d'Halicarnasse : la Carie du Golfe Céramique à la plaine de Mylasa, pour un des plus importants sites d'époque archaïque et classique en Carie, Alazeytin, très bien étudié par W. Radt en 1970. Ce site doit donc être identifié maintenant à la cité de Telmessos très célèbre pour être un centre divinatoire depuis l'époque lydienne bien connu par les sources littéraires grecques et qui était jusque-là placé de manière très incertaine dans divers endroits à l'Ouest d'Halicarnasse. Alazeytin présente en effet dans son centre des bâtiments très originaux qui semblent associer la fonction d'autels et de temples et dont nous pouvons avoir une idée plus claire grâce à ce que les sources nous disent sur Telmessos. Il y a en particulier au cœur de la ville un bâtiment (numéroté 30 par W. Radt) qui associe une structure souterraine et ce qui semble être un autel au-dessus. Les textes nous confirment en effet l'existence à Telmessos d'un tombeau du fondateur, Telmessos, sur lequel était installé un autel d'Apollon. Or l'installation de la tombe du héros fondateur au cœur de la cité semble se retrouver à Syangela, la cité voisine de Telmessos qui l'a souvent dominée politiquement, dans le tombeau dit de "Pikrès" du nom du chef de la cité à l'époque de l'empire athénien. Les sources nous disent que Syangela (et son nom même en est le signe pour les commentateurs grecs qui le comprennent comme le 'tombeau du roi') avait le tombeau de Kar, l'éponyme et le premier roi des Cariens. On peut faire l'hypothèse que le tombeau était celui supposé de Kar, dans une position semblable à celle du héros Telmessos à Telmessos. À travers ces deux exemples il faut ouvrir maintenant une réflexion sur une habitude qui semble être une spécificité carienne (par exemple à Mylasa avec la structure d'Uzun Yuva), l'association souvent à l'intérieur de la cité d'un tombeau et d'une structure cultuelle (avec autel éventuellement) juste au-dessus.