• Intramural infant burials in the Aegean Bronze age. Reflections on symbolism and eschatology with particular reference to Crete

    P.J.P. Mc George
    British School at Athens
    This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

    loghalTélécharger l'article sur HAL-SHS

    Résumé : This paper reviews the cultural practice of intramural burials for infants in Greece, making reference to parallel practices in Anatolia, the Levant and Egypt. This age-old and widespread custom began with the earliest settled communities in the Near East and continued through the Chalcolithic and Bronze Age. Intramural burials in pits, cists and pots are known in Greece throughout the Bronze Age, whereas despite being relatively common on the mainland the practice barely impacted Crete until LMIA, the peak of Minoan trade exchanges with the Levant. In LMIA intramural pithos burials of infants occur, sporadically, at sites in East Crete and later in South Central Crete, while pit burials and a cist burial are known from LMIA at Knossos continuing until LMIII. Intramural burial was practiced for many millennia in different cultural and geographical settings, which may or may not suggest an underlying koine of belief, because given the complexity of human nature and the infinite variety of expression of human culture and beliefs there need not necessarily be a single explanation for this phenomenon at all times and in all places. In Crete, however, the context of some pithos burials seems to convey a funerary symbolism, which articulates the Minoans' religious belief in rebirth and hope for an afterlife

  • Jean-Charles Coulon - Islam et magie au Moyen Âge. Une introduction : 28/11/2011

    Conférence de Jean-Charles Coulon (Paris IV)
    Doctorant en histoire de l'islam médiéval
    Lundi 28 novembre 2011 à 18h à l'IFEA
    Intervention en français

  • Jean-Charles Coulon - Orta Çağ'da İslam ve sihir üzerine: 28/11/2011

    Konferans : Jean-Charles Coulon (Paris IV)
    Orta Çağ İslam tarihi doktora öğrencisi
    28 Kasım Pazartesi 2011, saat 18:00’da, IFEA’da
    "Orta Çağ'da İslam ve sihir üzerine” 
    Sunum dili Fransızca’dır.

  • Jean-Pierre Sodini - L’implantation du pouvoir religieux à Xanthos et dans les villes lyciennes et leur chora du IVe au VIIe siècle : 10/01/11

    Un chercheur à l'honneur : Jean-Pierre Sodini
    Dans le cadre du séminaire d'archéologie "Pouvoir et espaces urbains"
    Jean-Pierre Sodiniest professeur à l'Université Paris I-Sorbonne etmembre de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres
    Lundi 10 janvier 2011 à 18h à l'IFEA
    "L’implantation du pouvoir religieux à Xanthos et dans les villes lyciennes et leur chora du IVe au VIIe
    siècle"

    Mardi 11 janvier 2011
    à18h au centre Koç RCAC (Nuru Ziya sok. no.5, Beyoğlu)
    "Les villes paléochrétiennes en Egée et au Proche Orient: leur développement et les ressorts de leur dynamisme"
    Les deux interventions se feront en anglais

  • Jean-Pierre Sodini - Xanthos’ta ve Likya kentlerinde dinsel iktidarın kurulması ve IV. yüzyıldan VII.yüzyıla choraları 10/01/2011

    Sahnede usta bir araştırmacı konferans serisinde 
    Arkeoloji Semineri:"İktidarlar ve kentsel alanlar" kapsamında 
    10 Ocak Pazartesi, saat 18:00’da,
    Jean-Pierre Sodini (Paris I- Panthéon Sorbonne Üniversitesi)
    "Xanthos’ta ve Likya kentlerinde dinsel iktidarın kurulması ve IV. yüzyıldan VII.yüzyıla choraları"
    Sunum dili İngilizce'dir.
    11 Ocak Salı 2011, saat 18:00'da, Koç RCAC'ta (Nuru Ziya sok. no.5, Beyoğlu)
    "Ege'de ve Yakın Doğu'da erken Hristiyanlık döneminde kentlerin gelişimi"
    Sunum dili İngilizcedir.

  • O. Henry (éd.) - Le mort dans la ville

    Olivier Henry (éd.), Le Mort dans la ville Pratiques, contextes et impacts des inhumations intra-muros en Anatolie, du début de l'Age du Bronze à l'époque romaine, actes des 2e Rencontres d'Archéologie, Istanbul 14-15 novembre 2011, Istanbul, IFEA-Ege Yayınları 259p, ISBN 978-2-36245-009-9
    Télécharger le volume complet (16 Mb)

    Les 2è Rencontres d'Archéologie de l'IFEA bénéficient du soutien financier de TOTAL Turquie.TOTAL_LOGO_COUL_Q

    couv rencontres2011Sommaire

    O. Henry
     
    P.J.P. Mc George
     
    Christine Kepinski
     
    Bérengère Perello
     
    Nicola Laneri
     
    Julie Patrier
     
    Alexander Herda
     
    Olivier Henry
     
    Raymond Descat
     
    Damien Aubriet
     
    Elizabeth McGowan
     
    Anne Marie Carstens
     
    Oliver Hülden
     
    Martin Seyer
     
    Hadwiga Schörner
     
    Christof Berns
     
    Martin Steskal
  • Obsidatabase : Collecter et organiser les données relatives à l’obsidienne préhistorique au Proche-Orient et en Transcaucasie

    Bastien Varoutsikos
    Harvard University
    This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

    et

    Christine Chataigner
    Archéorient, CNRS UMR 5133
    This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

    Téléchargez l'article sur HAL-SHSB. Varoutsikos/C. Chataigner - Obsidatabase : Collecter et organiser les données relatives à l’obsidienne préhistorique au Proche-Orient et en Transcaucasie

    Résumé :L’étude du « phénomène obsidienne » a depuis longtemps permis d’aborder les interactions entre groupes géographiquement et culturellement distants. L’accumulation des données concernant l’obsidienne préhistorique au Proche-Orient et en Transcaucasie et le développement de nouvelles techniques de caractérisation physico-chimiques ont permis la création d’une quantité considérable d’informations de natures diverses. Obsidatabase est un projet permettant la collecte et consultation de données géologiques, géochimiques et archéologiques liées à l’obsidienne préhistorique dans cette région, facilitant l’accès et le partage des informations, ainsi que leur exportation vers des Systèmes d’Information Géographique.

    Mots clés : obsidienne ; base de données ; Proche-Orient ; Levant ; Transcaucasie ; SIG

    Abstract:The study of the phenomenon "obsidian" has long made possible to address the interactions between geographically and culturally distant groups. The accumulations of data concerning the prehistoric obsidian in the Middle East and Transcaucasia, as well as the development of new techniques for physicochemical characterization have created a considerable and very diverse amount of information. Obsidatabase is a project for collecting and consulting geological, geochemical and archaeological data related to prehistoric obsidian in this region, facilitating access and sharing of information, and their export to Geographic Information Systems.

    Keywords: obsidian, database, Middle East, Levant, Transcaucasia, GIS

    La participation à cette conférence a été rendue possible par l’obtention de bourses attribuées par le Graduate Student Council ainsi que le Harvard University Anthropology Department.


     

    Licence Creative Commons
    Obsidatabase : Collecter et organiser les données relatives à l’obsidienne préhistorique au Proche-Orient et en Transcaucasie de B. Varoutsikos - C. Chataigner est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 non transposé.

  • Philippe Bourmaud, « La formation médicale dans les Territoires palestiniens occupés depuis 1967. Une architecture institutionnelle à l’épreuve de la segmentation territoriale »

    Philippe Bourmaud, « La formation médicale dans les Territoires palestiniens occupés depuis 1967. Une architecture institutionnelle à l’épreuve de la segmentation territoriale », in Stéphanie Latte-Abdallah et Cédric Parizot (dirs.), Israël/Palestine. L’illusion de la séparation, coll. « Sociétés contemporaines », Presses Universitaires de Provence, Aix-en-Provence p. 89-105.

    Cet ouvrage propose une approche originale de la politique de séparation mise en œuvre par Israël en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Si la construction du Mur, lancée en 2002, a parfois été envisagée comme la création d’une frontière, la poursuite de la colonisation et les redéploiements de l’armée des deux côtés du Mur ont au contraire renforcé l’imbrication des espaces israéliens et palestiniens en Cisjordanie. Cette politique n’a donc pas créé de frontière, dans le sens classique de la frontière-ligne de l’Etat moderne, et n’a pas séparé deux territoires : elle a dissocié les mouvements des populations palestiniennes et israéliennes, et profondément transformé leurs relations et interactions. A travers quinze enquêtes de terrain conduites par des historiens, des anthropologues, des géographes, des politistes et des sociologues, ce livre décrypte le régime d’occupation israélien et les frontières, à partir de la façon dont elles fonctionnent, en organisant des flux de circulation. Décloisonnant les champs des études israéliennes et palestiniennes, il propose une perspective intermédiaire entre une approche institutionnelle et un regard anthropologique portant sur le vécu des Palestiniens, sur leurs adaptations et détournements des mécanismes de contrôles. L’élargissement de l’analyse aux expériences des Palestiniens du Sud Liban, des Libanais de Galilée, et des migrants venus d’Afrique et d’Asie montre la dimension globale du régime d’occupation israélien actuel. 

  • Philippe Bourmaud, « La Invención de los indicadores internacionales. Salud, problemas sociales y cuantificación en el Cercano Oriente bajo mandato (1919-1939) »

    Philippe Bourmaud, « La Invención de los indicadores internacionales. Salud, problemas sociales y cuantificación en el Cercano Oriente bajo mandato (1919-1939) », in Camila Pastor, Gilberto Conde et Marta Tawil (éds.), Mundos Árabes en Movimiento. Historia del Presente, Mexico, CIDE.

    Mundos árabes en movimiento refleja el interés por entender el Medio Oriente contemporáneo desde una perspectiva interdisciplinaria y crítica que, retomando a Foucault, bien podría denominarse "historia del presente". En el caso del Medio Oriente, el presente está marcado por las experiencias fundacionales del encuentro colonial y la consecuente integración a un sistema global denominado por Europa occidental a lo largo de los últimos dos siglos.

  • Préhistoire anatolienne

    Historique

    Dès sa création, l'IFEA trouvait en l'Université d'Istanbul un partenaire solide et, auprès d'Halet Çambel et Kurt Bittel, pionniers de l'archéologie préhistorique turque, des alliés précieux. De ces premières rencontres dans les années trente naquirent des collaborations fructueuses entre le département de Préhistoire de l'Université d'Istanbul (fondé en 1950) et les recherches en préhistoire proche-orientale françaises. Dans la foulée des fouilles de Çayönü et dans l'effervescence archéologique que les projets de barrages sur l'Euphrate engendrèrent, Jacques Cauvin entreprit les fouilles de Çafer Höyük en 1979, avec l'appui du département de Préhistoire de l'Université d'Istanbul. Ces premiers liens tissés autour de la volonté de partager ce patrimoine et de développer les études en technologie lithique auprès des étudiants turcs furent suivies de partenariats croisés entre préhistoriens et géologues français et turcs, fondés sur l'analyse des gîtes d'obsidiennes anatoliens et de leur utilisation durant la préhistoire. À la suite des fouilles de Çafer Höyük, en collaboration étroite avec Nur Balkan-Atlı du département de Préhistoire de l'Université d'Istanbul, Marie-Claire Cauvin (MOM Lyon) puis Didier Binder (Cépam Nice) entreprirent une caractérisation systématique des sources d'obsidiennes turques. Ces travaux s'accompagnèrent de fouilles d'ateliers de taille de ces obsidiennes sur le Göllü Dağ (Cappadoce-région de Niğde), ateliers au cœur des processus de diffusion de l'obsidienne vers la Mésopotamie et la Méditerranée Orientale du PPNB au Chalcolithique. Le programme de recherche sur l'analyse techno-fonctionnelle des outils en obsidienne (ANR Obsidian Use Project) menée par Laurence Astruc (UMR 7041) en détachement à l'IFEA entre 2009 et 2013, ajoute un volet d'expertise tracéologique tant dans l'étude du matériel archéologique que dans la formation d'étudiants et jeunes chercheurs turcs.
    Aujourd'hui, le Pôle Archéologie de l'IFEA s'implique dans le développement des approches technologiques en étendant son champ d'action aux études céramologiques.

    Thème de Recherche: Traditions techniques et interactions culturelles dans le monde néolithique anatolien : les technologies céramiques.

    {tab=Problématique}

    PROBLÉMATIQUE GÉNÉRALE ET CADRE CHRONOLOGIQUE
    Le plateau anatolien a longtemps tenu une place mineure dans les modèles de diffusion du Néolithique. Notre objectif, en débutant une collaboration fructueuse avec le département de Préhistoire de l'Université d'Istanbul, était de réexaminer le rôle du Néolithique centro-anatolien dans ce processus. Nous disposions pour cela de nouvelles séquences stratigraphiques et, notamment, celle de Tepecik-Çiftlik en Cappadoce, dont les fouilles débutèrent en 2000.
    Ce travail se fonde sur l'analyse des chaînes opératoires céramiques, selon une méthode d'analyse originale, intégrant l'état de l'art tel que défini par V. Roux et M.A. Courty (2005), qui nous permet de dépasser le stade de l'identification des développements typologiques et d'appréhender les traditions techniques des différentes cultures étudiées.
    Ainsi, il nous est donc possible de mettre en évidence des processus d'interaction encore peu définis entre les sphères culturelles mésopotamiennes, anatoliennes et les aires méditerranéennes et égéennes. Ces processus peuvent être précisés grâce à l'étude de nouveaux assemblages céramiques.
    C'est ce que nous proposons de faire dans le cadre de ce programme de recherche, avec la poursuite de la fouille des niveaux Néolithiques du site de Tepecik-Çiftlik, et l'étude de collections "cibles" et de comparaisons prévues à différents points des voies de diffusion du Néolithique, en collaboration avec les chercheurs en charge des programmes en Haute Mésopotamie, en Cilicie, en Anatolie Centrale et en Anatolie de l'Ouest. L'analyse se fonde sur une approche méthodologique renouvelée qui prend en compte notamment les modes de préparation des pâtes céramiques, le façonnage, les techniques d'engobage et les traitements de surface, autant de procédés dont la valeur en tant que marqueur culturel mérite d'être évaluée.
    Les résultats obtenus sur des séries céramiques clés seront, à terme, utilisés pour évaluer la pertinence des modèles diffusionnistes à propos des phénomènes d'emprunt et d'expansion des traditions techniques.
    Ces méthodes d'analyses, rarement développées dans l'étude des corpus céramiques proche-orientaux, répondent également à une attente du milieu universitaire turc, enclin à rechercher dans des partenariats les moyens de former des étudiants à ces nouvelles approches. Ainsi, nous veillerons à développer ce programme de recherche en répondant à ces attentes afin de pérenniser la spécificité des rapports entre l'IFEA et les acteurs locaux de la recherche en archéologie, en favorisant des collaborations dans le domaine de la céramologie articulées autour de thématiques diachronique, de la Préhistoire à l'époque byzantine

    {tab=Néolithisation}

    NÉOLITHISATION ET PRATIQUES CÉRAMIQUES : EXEMPLES DE PROBLÉMATIQUES
    Aborder les chaînes opératoires, c'est avant tout se pencher sur un système technique, déjà défini par M. Mauss (1936) comme étant une imbrication entre le domaine technique et le domaine social auxquels nous ajoutons le domaine environnemental.

    1. Pâtes céramiques et sphères d'interaction

    L'analyse des pâtes céramiques est l'élément clé pour comprendre quelles ont été les conditions d'apparition de la céramique en Anatolie Centrale. La préparation des pâtes céramiques à l'aide de dégraissant végétal est, en effet, bien documentée au sein des corpus les plus anciens (entre 7000 et 6500 BC cal.). Ce constat permet d'établir des liens avec la tradition technique de Haute Mésopotamie (Le Mière & Picon, 1999 ; Nishiaki & Le Mière, 2006).
    Or, la situation semble se modifier après 6500 BC cal., où nous notons une dichotomie entre les sites de Cappadoce qui s'inscrivent en continuité avec cette tradition et les sites de la plaine de Konya où nous constatons un passage rapide du dégraissant végétal au dégraissant minéral.
    Ces premiers éléments doivent maintenant être précisés en travaillant sur :

    • La répartition exacte du dégraissant végétal en Anatolie :

    Les analyses réalisées sur le matériel du Tell Nord de Qarassa en Syrie du Sud montrent déjà que cette tradition technique s'étend vers la sphère levantine (Braemer et ali. 2009; Godon et ali. in print) avec, entre autres critères techniques comme les engobes rouges, les techniques de décors « impresso » ainsi que les outils de râpage dérivés des « husking tray » mésopotamiens (Kılıçbeyli 2004).
    Le programme de fouilles auquel nous collaborons avec l'Université d'Istanbul sur le site de Tepecik-Çiftlik en Cappadoce nous permet de fouiller des contextes archéologiques témoignant de l'apparition de la céramique en Anatolie Centrale, vers 7000 BC cal. Totalement inédit, ce témoignage offre la possibilité de saisir la nature des liens entre les sites Haute Mésopotamie et le plateau anatolien.

    • Les raisons d'un abandon du dégraissant végétal en plaine de Konya :

    Alors que vers 6500 BC cal. une homogénéisation des traits culturels est identifiable sur l'ensemble de l'Anatolie Centrale, les traditions techniques céramiques changent sensiblement à Çatal Höyük en plaine de Konya (Last 2005). Suivant l'expansion du Néolithique vers l'ouest anatolien et l'intensification des contacts avec la Mésopotamie, il est probable que des retours technologiques vers la plaine de Konya apparaissent au sein de réseaux d'échanges nés de ces nouvelles sphères d'interactions.

    • La complexité des sphères d'interaction en Anatolie de l'ouest :

    Les sphères culturelles de l'ouest anatolien sont particulièrement imbriquées (Özdoğan 2007, 2013). Elles sont issues de processus d'acculturation sous l'influence multiple de communautés épipaléolithiques et néolithiques centro-anatoliennes, méditerranéennes puis égéennes. Au-delà de la typologie, seule l'approche des traditions techniques peut permettre de comprendre la nature de ces interactions. En examinant les modalités de préparation des pâtes céramiques, il faudra définir si les processus d'expansion du Néolithique vers l'ouest s'accompagnent de transferts techniques impliquant des contacts étroits entre les communautés humaines.

    2. Techniques d'engobage, cuisson et marqueurs chrono-culturels
    L'apparition des poteries à engobes rouges en Mésopotamie et en Anatolie coïncide exactement avec la phase d'expansion du Néolithique vers l'ouest anatolien à partir de 6400 BC cal. suivant un schéma de diffusion ancré en Haute Mésopotamie qui gagne l'Anatolie Centrale et la région des Lacs puis le littoral égéen, suivi d'une diffusion plus tardive vers la région de Marmara et la Thrace (ca. 6000 BC cal.).
    Que représente l'engobage d'un point de vue technique ? Il ne nécessite pas d'apprentissage particulier mais il en va autrement du contrôle de l'atmosphère de cuisson, indispensable à une oxydation homogène des oxydes de fer. Il s'agit là de la dernière phase de la chaîne opératoire qui devra être documentée à l'aide d'expérimentations.
    Les engobes rouges peuvent-ils être considérés comme un marqueur techno-culturel ?
    Aborder cette question permettra de définir plus précisément les processus de formation des communautés néolithiques en Thrace ainsi que les phénomènes d'interaction culturelle dans la région de Marmara à partir de 6000 BC cal.

    3. Méthodes de Montage
    Trop rarement étudiées, les méthodes de montage sont pourtant au cœur de la chaîne opératoire et sont, probablement, le plus directement liées aux savoir-faire techniques et à l'apprentissage. Elles sont donc à même de refléter au plus près les traditions techniques et leurs variabilités régionales et culturelles. Si les formes, volumes et décors peuvent évoluer et diffuser rapidement, l'évolution des méthodes de montage des poteries reste soumise à l'inertie de l'apprentissage et des traditions techniques. Un des objectifs des ateliers et séminaires de technologie céramique est justement d'impliquer et de former les étudiants et jeunes chercheurs à cette approche de l'analyse des céramiques archéologiques.

    4. Traitements de surface et spécialisation artisanale

    Le brunissage est présent aux environs de 6700 BC cal. en Anatolie Centrale, mais il faut attendre 5700-5500 BC cal. pour qu'il devienne, grâce à un investissement technique important, un décor à part entière : les stigmates techniques deviennent invisibles à l'œil nu, et le lustre s'accroît. Ce traitement de surface est à cette époque très largement associé à des cuissons réductrices totales permettant d'obtenir des poteries de teinte noire homogène.

    Or, l'obtention d'une atmosphère de cuisson à haute teneur en dioxyde de carbone accompagnée d'une réduction des oxydes ferriques nécessite un contrôle très précis de la cuisson en phase de refroidissement (Gosselain 2002). Ce contrôle ne s'obtient que grâce à des systèmes de foyers fermés permettant d'atteindre une plus haute température de cuisson et son corollaire, un effacement du lustre issu du brunissage par réagencement en surface des domaines argileux.
    Mieux définir cette chaîne opératoire et le niveau de savoir-faire qui lui est associé nous permettra de percevoir la variabilité des états de surface obtenus sur les poteries archéologiques, et de mieux appréhender la nature des sphères d'interactions culturelles après 5700 BC cal., en Anatolie et en Thrace, à une période où une généralisation très rapide de ces poteries noires lustrées est identifiée.

    {tab=Bibliographie}

    • BRAEMER (F.), et ali., 2009.- Atlas archéologique des sites pré et proto-historiques de Syrie du Sud. Rapport préliminaire des missions de fouilles à Qarassa, campagne 2009.
    • GODON (M.), BALDI (J.S.), GHANEM (Gh.), IBANEZ (JJ.), BRAEMER (F.), In print.- Qarassa North Tell, Southern Syria: The Pottery Neolithic and Chalcolithic Sequence. Few Lights in a Dark Background, Paléorient (accepted manucript).
    • GOSSELAIN (O.P), 2002.- Poteries du Cameroun méridional. Styles techniques et rapports à l'identité. Paris : CNRS Éditions, Monographie du CRA, n°26.
    • KILIÇBEYLİ (B.), 2004.- Mezraa-Teleilat Kazısı verilerine göre Hassuna Kültürü içinde « Husking Tray » Türü Kapların Değerlendirilmesi. Yüksek Lisans Tezi, Istanbul : Istanbul Üniversitesi (Thèse de Master, non publiée).
    • LE MIÈRE (M.), PICON (M.), 1999.- Les débuts de la céramique au Proche-Orient. In : Paléorient 24/2, Paris: Éditions du CNRS, pp.5-26.
    • MAUSS (M.), 1991 [1936].- Les techniques du corps, In: M. Mauss (dir.), Sociologie et anthropologie, Paris : Presses Universitaires de France, pp. 363-386.
    • NISHIAKI (Y.), Le MIÈRE (M.), 2006.- The oldest pottery neolithic of Upper Mesopotamia: new evidence from Tell Seker al-Aheimar, the Khabur, Northeast Syria. In : Paléorient 31/2, pp. 55-68.
    • ÖZDOĞAN (M.), 2007.- Marmara Bölgesi Neolitik cağ Kültürleri. In : M. Özdoğan, N. Başgelen, Türkiye'de Neolitik Dönem, Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları, pp. 401-426.
    • ÖZDOĞAN (M.), 2013.- Marmara Region, In : M. Özdoğan, N. Başgelen, P. Kuniholm, The Neolithic in Turkey, vol. 5, Istanbul: Archaeology & Art Publications, pp.167-269.
    • ROUX (V.) & COURTY (M.A.), 2005.- Identifying social entities at a macro-regional level : Chalcolithic ceramics of South Levant as a case study. In D. Bosquet, A. Livingstone-Smith and R. Martineau (eds.), Pottery Manufacturing Processes : Reconstruction and Interpretation. Actes du XIVème Congrès de l'UISPP. B.A.R. International Series, Oxford, Archaeopress, p. 201-214.