• 30102009 - Journée d'étude : l'État en Turquie au XXème siècle

    Audio konferans :

    Journée d'étude :

    l'Etat en Turquie au XXème siècle

    Contrôle social et production du citoyen

    IFEA

    Séance du vendredi 30 octobre à l'IFEA

    Journée d’étude organisée par l’ANR Transtur, avec le soutien de l’UMR 8032 « Études turques et ottomanes » et de l’IFEA.

    Matinée :

    Président de séance : Jean Marcou (OVIPOT, IFEA)
    9h00 : Allocution d’ouverture par Nora Şeni, directrice de l’IFEA
    Benjamin Gourisse (CRPS, Paris 1) : Introduction. Analyser l’Etat en Turquie

    9h30 : Première Session. Le rôle culturel de l’Etat kémaliste

    Emmanuel Szurek (CHDT, EHESS) : Administrer la langue ? La « Société de la Langue Turque » à l’époque kémaliste
    Discutant : Füsun Üstel (Université de Galatasaray)
    Birol Çaymaz (Université de Galatasaray) : Les manuels de Medenî Bilgiler (Instruction civique) à l’époque républicaine
    Discutant : Gérard Noiriel (IRIS, EHESS)

    11h15 : Deuxième session. Les institutions de coercition

    Alexandre Toumarkine (IFEA) : L’impossible neutralisation de l’armée kémaliste
    Discutant : Gérard Noiriel (IRIS, EHESS)
    Noémi Lévy (Université du Bosphore / EHESS) : Le policier, acteur de la ville à Istanbul à la fin de l’Empire ottoman
    Discutant : Vincent Dubois (IUF, IEP de Strasbourg)

    Après-midi :

    Président de séance : François Georgeon (CHDT, EHESS)

    14h15 : Troisième session. Le memur ou l’Etat en action

    Nicolas Camelio (CHDT, EHESS) : La Mülkiye sous le gouvernement démocrate (1950-1960) : multipartisme et devoirs du fonctionnaire
    Jean-François Pérouse (Université de Galatasaray, IFEA) : Raisons et réseaux d’Etat : premières hypothèses à partir d’une institution centrale exemplaire, le Devlet Planlama Teskilati (DPT/SPO)
    Discutant : Vincent Dubois (IUF, IEP de Strasbourg)

    16h15 : Quatrième session. L’Etat et ses populations

    Nikos Sigalas (IFEA) : La construction des populations suspectes dans l’Empire ottoman (1890-1918). Surveillance, discrimination juridique et migration forcée
    Laurent Mallet (Université de Galatasaray) : Nouveaux discours, anciennes pratiques : les ambiguïtés des relations entre l’Etat kémaliste et la communauté juive
    Discutant : Vincent Duclert (AHMOC, EHESS)

     

  • A. Côrte Real Pinto: Military Domination by Donations

    Anouck Gabriela Côrte Real Pinto, "Military Domination by Donations" in Aymes, M., Gourisse B., Massicard, É., Order and Compromise: Government Practices in Turkey from the Late Ottoman Empire to the Early 21st Century, Brill, 2015, 436 p. ISBN: 9789004289796

  • Administrer et gouverner en Turquie depuis les Tanzimat

    Présentation de l'axe |Partenaires |Activités

    Cet axe de recherche a pour objectif d’étudier les modes de gouvernement et d’administration en Turquie et sous l’Empire ottoman depuis les Tanzimat. En se distanciant de l’idée répandue d’un État fort et autonome par rapport à sa société, cet axe interroge l’homogénéité apparenteet souvent considérée comme naturelle de « l’État », et tente d’en ouvrir la boîte noire pour mettre en lumière à la fois les divisions internes aux institutions et la porosité de la sphère administrative aux forces sociales. Résolument interdisciplinaire (histoire, science politique, sociologie, anthropologie, géographie), cet axe de recherche articule plusieurs dimensions : d’une part, une approche de sociologie historiquede l’État, avec l’étude des pratiques de l’État en tant qu’organisation bureaucratique (pratiques administratives, filières d’accès à la fonction publique) ; d’autre part, l’analyse de l’État en tant qu’espace et acteur de socialisation(production de classements, de pratiques et de représentations légitimes, nationalisation des enjeux). Enfin, il explore les politiques mises en place par les institutions, afin d’analyser les formes de l’action publique et leurs évolutions : périmètres de l’action publique ; formes d’articulation des intérêts et des acteurs non institutionnels à l’action publique ; effectivité des mesures mises en place. Cet axe s’attache à identifier les continuités et les ruptures historiques, ainsi qu’à multiplier les échelles d’analyse. Ainsi, ces interrogations sont poursuivies au niveau des institutions centrales, mais aussi des pouvoirs locaux et de l’articulation entre ces niveaux de pouvoir.

    Partenaires institutionnels

    Activités de recherche

    • Séminaire « Administrer et gouverner en Turquie depuis les Tanzimat ». Ce séminaire s’organise d’une part autour de séances publiques mensuelles avec des interventions de membres de l’axe ou de chercheurs extérieurs, et d’autre part autour de séances de travail internes où sont discutés des travaux en cours.
    • Lancement d’un projet AUF « La rue comme lieu d’expression politique » à partir de 2012. Ce projet permet à la fois une approche innovante mais aussi de traiter des questions générales que sont la démocratie, la participation, les libertés publiques, le contrôle social, la définition de l’espace public selon les sociétés étudiées. Il s’agencera autour d’un séminaire thématique, d’une école d’été et d’un colloque final.
    • Journée d’études : « The un-negociated recentralization of Turkish housing policy: The mass housing administration TOKİ (Toplu Konut İdaresi) » (29 mars 2011). Cette journée d’études s’articule d’une part autour d’une excursion urbaine dans deuxopérations TOKİ contrastées (Bezirganbahçe, Kayabaşı) ; puis d’une table-ronde rassemblant différents intervenants : Jean-François Pérouse (IFEA, Université de Galatasaray), Tuna Kuyucu (Boğaziçi Üniversitesi), Deniz Altay (Bilkent Üniversitesi), Mehmet Baki Deniz (Boğaziçi Üniversitesi)
    • Journée d’études « Nommer et ordonner ? L'introduction des noms de famille en Turquie », 15 avril 2011. Interventions de Marc Aymes (CNRS/CETOBaC), Olivier Bouquet (Université de Nice Sophia Antipolis), Benoît Fliche, Élise Massicard, Emmanuel Szurek (ENS), Meltem Türköz (Işık Üniversitesi).
  • B. Fliche - H. Bayard-Çan (dir.) "Turquie. De l'État à l'intime" Ethnologie française 44|2 2014

    B. Fliche - H. Bayard-Çan (dir.) "Turquie. De l'État à l'intime" Ethnologie française Vol. 44-2 (2014) http://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise.htm
     
    Marqué par la diversité de ses populations, "l'Empire de la différence" a connu un long XIXe siècle qui s'arrête en 1923, à l'avènement de la République. Obsédée par la quête d'une homogénéité territoriale, elle demande à l'anthropologie de construire la Turquie dans la continuité du discours nationaliste des Jeunes Turcs. Les années 1960 et 1970, comme les deux coups d'État, accroissent la méfiance publique vis-à-vis de la discipline. Toute évocation de la différence est soupçonné de séparatisme, de sorte que ce sont surtout des chercheurs étrangers, ou travaillant hors de la Turquie, notamment aux États-Unis, en Angleterre ou en France, qui ont pu mener des travaux. Il a fallu attendre les années 1980 pour que puisse s'écrire une anthropologie soucieuse de rendre compte de la différence, sans volonté de la réduire. Aujourd'hui dénationalisée, mais très vive politiquement, l'anthropologie en Turquie peine à voir émerger uen anthropologie de la Turquie qui reste très éclatée.
    Reflet de cette situation, De l'État à l'intime se focalise sur l'État et la chose publique, pour arriver aux questions de l'intime, tout en montrant les relations étroites qui unissent ces deux pôles. Les politiques publiques occupent ici une place centrale, qu'il s'agisse des réformes menées par le gouvernement dans les domaines de la santé, de l'agriculture, du logement, de l'aménagement territorial, ou encore des récentes politiques sociales concernant les femmes, les enfants ou les anciens combattants. Dans le contexte de l'islamisation progressive de la société, liée à la présence au pouvoir depuis plus de dix ans du parti conservateur religieux AKP, la question des femmes et de l'identité, notamment religieuse, au cœur des réflexions sur la construction du lien social, est traitée dans plusieurs articles.
  • B. Fliche : La « fausse morte » et le fonctionnaire: ethnographie d'une exfoliation

    Benoît Fliche La « fausse morte » et le fonctionnaire: ethnographie d'une exfoliation in M. Aymes, B. Gourisse, É. Massicard (dir.), L'art de l'État en Turquie. Arrangements de l'action publique de la fin de l'Empire ottoman à nos jours, Paris, Karthala, 2014. p.361-374

  • C. Scalbert-Yücel - M. Girard : Heritage as a Category of Public Policy in the Southeastern Anatolia Region

    Clémence Scalbert-Yücel, Muriel Girard, "Heritage as a Category of Public Policy in the Southeastern Anatolia Region" in Aymes, M., Gourisse B., Massicard, É., Order and Compromise: Government Practices in Turkey from the Late Ottoman Empire to the Early 21st Century, Brill, 2015, 436 p. ISBN: 9789004289796

  • C. Visier: European Policies to Support “Civil Society”: Embodying a Form of Public Action

    Claire Visier, "European Policies to Support “Civil Society”: Embodying a Form of Public Action" in Aymes, M., Gourisse B., Massicard, É., Order and Compromise: Government Practices in Turkey from the Late Ottoman Empire to the Early 21st Century, Brill, 2015, 436 p. ISBN: 9789004289796

  • Devlet ve État. Eski bir iktidar teriminin anlamsal kayması : 24/11/2011

    Seminer "Tanzimat’tan bugüne Türkiye’yi yönetmek”

    24 Kasım Perşembe 2011, saat 18:00’da, IFEA’da, 
    Nikos Sigalas (IFEA)
    "Devlet ve État. Eski bir iktidar teriminin anlamsal kayması” 
    Sunum dili Fransızca’dır.

  • Élise Massicard - État et religions en Turquie : 07/04/2011

    Séminaire "Turquie Contemporaine"
    Jeudi 7 avril à 16h30 à l'IFEA
    Élise Massicard
    (IFEA)
    État et religions en Turquie
    Intervention en français.

  • Élise Massicard - Türkiye'de Devlet ve dinler : 07/04/2011

    "Çağdaş Türkiye" Semineri
    7 Nisan Perşembe, saat 16:30'da, IFEA'da,
    Élise Massicard
     (IFEA)
    "Türkiye'de devlet ve dinler"
    Sunum dili Fransızca'dır.

  • Focales no 7 La décentralisation en Turquie

    Élise Massicard et Ulaş Bayraktar, La décentralisation en Turquie, Focales 07 août 2011, Agence Française de Développement

  • Focales no 7 Türkiye'de yerinden yönetim

    Élise Massicard ve Ulaş Bayraktar, Türkiye'de yerinden yönetim, Focales 07 Ağustos 2011, Fransa Kalkınma Ajansı

  • Huricihan Islamoğlu - Constituting of a Societal Universe in the 19th century : 15/12/2011

    Séminaire "Administrer, gouverner en Turquie depuis les Tanzimat"

    Huricihan Islamoğlu (Université du Bosphore)
    Jeudi 15 décembre 2011 à 18h à l'IFEA
    "Constituting of a Societal Universe in the 19th century: Politics of  Administering Property and other things in the Ottoman empire'"
    Intervention en anglais

  • Huricihan İslamoğlu - Constituting of a Societal Universe in the 19th century : 15/12/2011

    Seminer "Tanzimattan Bugüne Türkiye'de Yönetme ve İdare Tarzları" 

    Huricihan İslamoğlu (Boğaziçi Üniversitesi)
    15 Aralık Perşembe 2011, saat 18:00’da, IFEA’da, 
    "Constituting of a Societal Universe in the 19th century: Politics of  Administering Property and other things in the Ottoman Empire'" 
    Sunum dili İngilizce’dir.

  • J.-F. Pérouse : Édouard Herriot un pédagogue laïc en Turquie (1934) : la bonne foi et la méprise

    Jean-François Pérouse, "Édouard Herriot, un pédagogue laïc en Turquie (1934) : la bonne foi et la méprise" in V. Schiltz (éd.), De Samarcande à Istanbul : étapes orientales. Hommages à Pierre Chuvin - II, CNRS Éditions, 2015, 300 p. ISBN: 978-2-271-08320-3. p. 319-329

  • J.-F. Pérouse : L'État sans le Public: quelques conjectures à propos de l'Administration du logement collectif (TOKİ)

    Jean-François Pérouse L'État sans le Public: quelques conjectures à propos de l'Administration du logement collectif (TOKİ) in M. Aymes, B. Gourisse, É. Massicard (dir.), L'art de l'État en Turquie. Arrangements de l'action publique de la fin de l'Empire ottoman à nos jours, Paris, Karthala, 2014 p.173-194

  • J.-F. Pérouse : The State without the Public: Some Conjectures about the Administration for Collective Housing (TOKİ)

    Jean-François Pérouse, "The State without the Public: Some Conjectures about the Administration for Collective Housing (TOKİ)" in Aymes, M., Gourisse B., Massicard, É., Order and Compromise: Government Practices in Turkey from the Late Ottoman Empire to the Early 21st Century, Brill, 2015, 436 p. ISBN: 9789004289796

  • M. Aymes B. Gourisse É. Massicard : L'art de l'État en Turquie. Arrangements de l'action publique de la fin de l'Empire ottoman à nos jours

    Marc Aymes, Benjamin Gourisse, Élise Massicard, L'art de l'État en Turquie. Arrangements de l'action publique de la fin de l'Empire ottoman à nos jours, Paris, Karthala, janvier 2014, 432p. ISBN 9782811110253

  • Nikos SIGALAS

    Nikos SIGALAS

    Contact : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

    Nikos Sigalas est chercheur associé à l’IFEA (depuis 2007) et à l’UMR Etudes Turques et Ottomanes (depuis 2008). Il est doctorant d’histoire à l’EHESS. Il réside depuis 2003 à Istanbul. Entre 2003 et 2007, il a été boursier (BAR puis BCRD) de l’IFEA, dans le cadre duquel il continue à participer à des projets de recherche (tels le projet quadriennal ANR sur « les occupations militaires en Europe de l'affirmation des Etats modernes à la fin des Empires » et le projet RAMSES2 sur « Memories of conflict and reconciliation: non-state actors and dynamics ») et d’organiser des séminaires.

  • Nikos Sigalas - Devlet et État. Du glissement sémantique d’un ancien concept du pouvoir : 24/11/2011

    Séminaire "Administrer, gouverner en Turquie depuis les Tanzimat"

    Nikos Sigalas (IFEA)
    Jeudi 24 novembre 2011 à 18h à l'IFEA
    "Devlet et État. Du glissement sémantique d’un ancien concept du pouvoir"
    Intervention en français

  • Nükhet Sirman, Andrew Finkel - Turkish State, Turkish Society: 20 years after. State of the art and debate : 06/03/2012

    Séminaire "Administrer, gouverner en Turquie depuis les Tanzimat"

    Nükhet Sirman (Université Boğaziçi), Andrew Finkel (Journaliste, Taraf)
    Mardi 6 mars 2012 à 18h à l'IFEA
    "Turkish State, Turkish Society: 20 years after. State of the art and debate"
    Intervention en anglais

  • Nükhet Sirman, Andrew Finkel - Turkish State, Turkish Society: 20 years after. State of the art and debate : 06/03/2012

    “Tanzimat’tan Bugüne Türkiye’de Yönetim ve İdare Tazları” Semineri 

    Nükhet Sirman (Boğaziçi Üniversitesi), Andrew Finkel (Taraf Gazetesi)
    6 Mart Salı 18'de IFEA'da
    "Turkish State, Turkish Society: 20 years after "State of the art and debate"" 
    Sunum dili Ingilizce'dir.

  • Séminaire interdisciplinaire IFEA/GSÜ, 2017-2018 - « Nouvelles » gouvernementalités ?

    Organisateurs : Philippe Bournaud, Jean-François Pérouse, Cem Özatalay, Marie Vogel

    Programme d’ensemble

    La gouvernementalité est une notion paquebot ;  nous souhaitons interroger la pertinence de son usage pour analyser les transformations politiques  contemporaines en Turquie à  partir de présentation de résultats de recherche.

    Deux lignes complémentaires sont retenues pour sérier les sujets sur cette thématique large : nous nous intéresserons ainsi plus directement à ce qui peut relever d’une criminalisation du quotidien et complémentairement à ce qui relève d’une résidualisation (euphémisation) des risques aujourd’hui (fragmentation de la bio-politique ?). Quels nouveaux agencements des savoirs/techniques/pouvoirs soutiennent ces processus ?

    Format : un intervenant (présentation 45mn/1h) et un discutant (10mn) par séance.

    Le premier jeudi de chaque mois. 18:00 – 20:00. Alternativement à GSÜ et à  l’IFEA.

    Argument

    À travers ce séminaire interdisciplinaire, nous proposons de discuter de recherches actuelles portant sur les transformations contemporaines de l’Etat et de la conduite de la société en Turquie et ailleurs en d’interrogeant la notion de gouvernementalité (Foucault, 1978) et ses usages possibles - sans oublier cependant les catégories classiques des sciences sociales.

    Le concept, qui fait désormais partie de la grammaire de l’action publique et plus largement de celle des sciences sociales, a correspondu à un déplacement des analyses du pouvoir disciplinaire vers ses formes pratiques, multiples et leurs articulations avec les productions des savoirs.  En s’attachant aux dispositifs concrets de l’exercice du pouvoir et aux formes de rationalités qui l’organisent, cette perspective (la gouvernementalité comme forme spécifique de pouvoir)  a conduit à porter une attention fine aux instruments et technologies du pouvoir et aux programmes de construction des sujets qui l’accompagnent (Lascoumes, 2004).

    La notion –polysémique, de gouvernementalité, s’entend  également comme ligne de force de longue durée des sociétés occidentales (prééminence d’un type de pouvoir sur tous les autres) et comme un résultat. Selon cette ligne de lecture, le processus de rationalisation et de technicisation dans la gestion se confondait largement avec le mouvement  d’étatisation de la société.  Les mutations de la gouvernementalité définissent alors les lices de l’Etat contemporain.  Congruentes avec les formes éclatées ou néo-libérales de l’action publique d’aujourd’hui, elles laissent ouvertes les questions de la légitimité du pouvoir ordonnateur d’Etat et de son articulation avec les autres formes de pouvoir dans la société.

    Comment aujourd’hui, le déploiement des technologies du pouvoir, le réagencement des pouvoirs et des légitimités dans les cadres nationaux reconfigurent des gouvernementalités spécifiques ou nouvelles ?  La  Turquie nous semble être un des laboratoires de nouvelles gouvernementalités, même s’il faut se défier de la nouveauté ou de l’originalité apparentes.

    Ainsi nous nous demanderons si  les formes de gouvernementalité actuelles diffèrent significativement de techniques de production d’ordre social éprouvées précédemment (aux époques ottomane ou républicaine).  Une lecture rapide de l’histoire des formes de gouvernementalité caractériserait le néo-libéralisme par les prolongements non seulement privés, mais informels de l’action publique, se substituant aux administrations. La Turquie fournit pourtant un modèle ancien d’association entre les institutions politiques, des groupes sociaux et des acteurs informels au service d’initiatives économiques ou du maintien de l’ordre social.

    Nos explorerons également les reconfigurations de la légitimité démocratique au service de l’exécutif par le truchement de la notion de souveraineté d’une part, et le fonctionnement actuellement imprévisible des institutions d’autre part, qui marqueraient « l’illibéralisme » du pouvoir. Quelles sont, sinon les institutions et les méthodes, du moins les régularités de pratique et les effets de pouvoir à travers lesquelles se manifestent de nouvelles formes de gouvernementalité ? En quoi celles-ci présentent-elles un caractère de nouveauté caractéristique du néo-libéralisme et de l’ère des démocraties post- ou illibérales ? Sur quels principes méthodologiques fonder leur étude ?

    Notre hypothèse est que les nouvelles gouvernementalités ou dispositif de sécurité émergents se distinguent par leur caractère « systématiquement non systématique » – discrétionnaire, donc, combiné avec des rationalités techniques diverses et par leur recherche de formes de légitimation pérennes.

    Nous en avons retenu deux formes pour cette année : la criminalisation du quotidien et la « résidualisation » des risques (définition des risques faibles).

    Thème 1 : Criminalisation du quotidien

    Dans de très nombreux pays, les discours des autorités politiques centrales, comme diverses techniques policières et sécuritaires informelles tendent à une reconceptualisation de la criminalité, au prisme de la dangerosité. Le retour du paradigme de la dangerosité s’inscrit aujourd’hui dans des paysages institutionnels variables (monopole étatique de la violence légitime plus ou moins assuré,  plus ou moins grande présence du secteur privé ; autonomie professionnelle plus ou moins marquée par rapport à l’autorité politique centrale, etc.). Les populations cibles (« populations à risque »)  sont elles aussi redéfinies avec un périmètre plus ou moins extensif – et des critères mobiles.

    Nous nous intéresserons aux recherches portant sur les discours, formes  et techniques de la criminalisation du quotidien, s’attachant à l’étude des dispositifs et acteurs qui les portent ou en sont l’objet. Nous nous intéresserons aux analyses portant sur les effets que ces discours et dispositifs ont sur le citoyen ordinaire, comment ils sont reçus et réappropriés par les membres des différents groupes sociaux et produisent de nouvelles disciplines.

    Thème 2 : « Résidualisation » des risques (définition et cadrage des risques faibles)

    Le recours à l’invocation des risques faibles porte en lui une nouvelle forme de gouvernementalité, lui aussi, en ce qu’il exempte les pouvoirs de l’exigence d’universalité de l’action publique et subvertit l’idée de hiérarchie des priorités dans un sens exclusif. Il en résulte, selon la nature des risques, et selon le sentiment que le risque est évitable ou non, tout un spectre d’attitudes publiques, allant de l’indifférence à l’obsession. La notion de risque faible porte en elle licence de traiter un problème comme résiduel. Si la priorisation des risques majeurs constitue l’un des principes de la “politique des grands nombres” (A. Desrosières) qui s’est progressivement mise en place face à l’impératif pour les gouvernements d’adopter une approche populationnelle de leurs missions, la « résidualisation » réintroduit une latitude discrétionnaire dans l’appréciation des priorités. Le contenu du risque faible devient très hétérogène, tant dans son emploi, que dans le type d’action publique qu’il suscite, ou ne suscite pas.

    Nous nous intéresserons aux recherches pourtant sur l’oblitération, ou l’euphémisation des risques sociaux ou dans l’action publique (de la santé, aux risques sismiques,  environnementaux ou terroristes).

  • Toplumsal Tarih Ağustos 2011

    Toplumsal Tarih "IFEA Çalışmaları"
    Ağustos 2011, n. 212.
    Benjamin Gourisse
    "Türkiye'de devlette kadrolaşma (2)"

  • Toplumsal Tarih août 2011

    Toplumsal Tarih "IFEA Çalışmaları"
    Ağustos 2011, n. 212.
    Benjamin Gourisse
    "Türkiye'de devlette kadrolaşma (2)"

  • Toplumsal Tarih juillet 2011

    Toplumsal Tarih "IFEA Çalışmaları"
    Temmuz 2011, n. 211.
    Benjamin Gourisse,
    "Türkiye'de devlette kadrolaşma (1)"

  • Toplumsal Tarih Temmuz 2011

    Toplumsal Tarih "IFEA Çalışmaları"
    Temmuz 2011, n. 211.
    Benjamin Gourisse,
    "Türkiye'de devlette kadrolaşma (1)"

  • Zeynep Kadirbeyoğlu Bilgesu Sümer Turkey’s Municipal Reform, Decentralization and Political Participation in Local Politics : 26/01/2012

    Séminaire "Administrer, gouverner en Turquie depuis les Tanzimat"

    Zeynep Kadirbeyoğlu (Université Boğaziçi), Bilgesu Sümer (Van, Université Yüzüncü Yıl)
    Jeudi 26 janvier 2012 à 18h à l'IFEA
    "Turkey’s Municipal Reform, Decentralization and Political Participation in Local Politics: Three Cases of Neoliberal Restructuring"
    Intervention en anglais