le 25 octobre 2007 à 22h, le 26 octobre à 22h, le 27 octobre à 23:40, le 28 octobre à 14:40 vous pouvez regarder sur IZ TV le documentaire sur l’histoire du Palais de France avec les reportages de Pierre Chuvin et d’Alexandre Toumarkine. Reporter: Menekşe Özen.

Conférence de recherche sur L'héritage impérial et colonial. Une perspective socio-historique, organisé par l'IFEA, l' Observatoire du Caucase de l’IFEA (Bakou), avec le soutien de l’ambassade de France en Géorgie et du Centre Culturel Français Alexandre Dumas au centre culturel français à Goudiachvili.

Atelier sur "La muséographie et le développement des collections à Istanbul" coorganisé par l'IFEA , l'Association internationale des critiques d'art (AICA)(section Turquie) et l'Académie des Beaux-Arts de l'Université Mimar Sinan, à l'Université Mimar Sinan de 10h à 17h00. Le projet conçu par Burcu Pelvanoğlu (AICA TR, Mimar Sinan University). Le comité d'organisation :Burcu Pelvanoğlu, Ali Akay, Marcus Graf, Beral Madra, Alexandre Toumarkine (IFEA).

par Laure Marchand, LE FIGARO, 28 juillet 2008
Jean Marcou : "Un contexte porteur de violence.",
http://www.lefigaro.fr/international/2008/07/29/01003-20080729ARTFIG00012-jean-marcou-un-contexte-porteur-de-violence-.php
par Mathilde Gérard, LE MONDE, 28 juillet 2008
Jean Marcou : "En Turquie, les conflits politiques se résolvent devant la justice."
http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/07/28/en-turquie-les-conflits-politiques-se-resolvent-devant-la-justice_1078052_3214.html par Ségolène de Larquier , LE POINT, 29 juillet 2008
Jean Marcou : "Il s'agit d'obtenir la légitimité juridique pour éliminer l'adversaire."
http://www.lepoint.fr/actualites-monde/turquie-il-s-agit-d-obtenir-la-legitimite-juridique-pour-eliminer/924/0/263808
interview sonore par Anne Fauquembergue, RADIO FRANCE INTERNATIONALE (RFI), 31 juillet 2008
Jean Marcou : «On peut considérer que l’AKP sort victorieuse de cette crise puisque l’épée de Damoclès qui était au-dessus de sa tête, c’était la dissolution pure et simple, voire l’interdiction de ses principaux leaders.»
http://www.rfi.fr/actufr/articles/104/article_69223.asp

Entretien avec Thorniké Gordadzé, chercheur, politologue, responsable de l'Observatoire du Caucase à l'Institut français d'études anatoliennes (IFEA)

Le conflit dans le Caucase, "un effet de la politique soviétique des nationalités"

LE MONDE | 30.08.08 | 14h25  •  Mis à jour le 31.08.08 | 16h06

Pour un chercheur en sciences sociales, qu'est-ce qui frappe tout d'abord dans la crise actuelle en Géorgie ?

La guerre russo-géorgienne montre surtout la persistance du phénomène étatique. On nous annonce la disparition irréversible des Etats et des frontières avec la globalisation, mais écouter MM. Poutine et Medvedev, c'est revenir en 1938-1939, voire au XIXe siècle. Même le premier ministre français, François Fillon, a motivé le rejet des candidatures ukrainienne et géorgienne à l'entrée dans l'OTAN par le souci du respect d'un équilibre entre grandes puissances. Cela faisait longtemps qu'on n'avait pas repris de tels concepts !