• "City walls of Istanbul: a heritage to be valorized within its environment", par Nathalie Rondel (2005)

    Nathalie RONDEL (2005),
    "City walls of Istanbul: a heritage to be valorized within its environment"
    (télécharger le mémoire)

  • "Comment vivre et construire un patrimoine historique dans un contexte metropolitain en forte mutation urbaine ?" , par Kader Kemal Gomengil (2003)

    Kader Kemal GOMENGIL (2002-2003)
    "Comment vivre et construire un patrimoine historique dans un contexte metropolitain en forte mutation urbaine ?"
    (télécharger le mémoire)

  • “Projet de rénovation urbaine des quartiers de Fener et Balat à Istanbul : instrumentalisation du patrimoine en vue de reconfigurer la péninsule historique.”, par Annabelle Lopez (2010)

    Annabelle LOPEZ (2010). Master 2 Institut Français d’Urbanisme (Université Paris Est), spécialité “Opérateurs urbains”.
    “Projet de rénovation urbaine des quartiers de Fener et Balat à Istanbul : instrumentalisation du patrimoine en vue de reconfigurer la péninsule historique.”
    Stagiaire 2009-2010 OUI
    (télécharger le mémoire)

  • (Re)découvrir Diyarbakır, les entrepreneurs du patrimoine mondial, par Julien Boucly

    (Re)découvrir Diyarbakır

    Les entrepreneurs du patrimoine mondial

    À ce jour, la candidature de Diyarbakır pour inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, présentée sous l’intitulé de « Paysage culturel de la forteresse de Diyarbakır et des jardins d’Hevsel », doit être soumise à l’étude des experts de l’organisation internationale. Finalisé par la Municipalité Métropolitaine de Diyarbakir et transmis au centre du patrimoine mondial en janvier 2014,1 ce dossier dissimule encore une profonde incertitude concernant ses chances d’aboutir. Rien n’est moins acquis d’avance en effet que l’entrée dans la collection du patrimoine mondial de cette zone urbaine et agricole aujourd’hui menacée d’affectation au statut de réserve foncière.2

  • 20-21/12/2010 Colloque Koruma = Yaratıcılık: İstanbul’un Kültürel Miras Alanlarının Korunması İçin Karşılaştırmalı Yaratıcılık Deneyimleri Kamu-STK’lar ve Uzmanlarla Konu Odaklı Yaklaşımlar

    Symposium :Koruma/Conservation = Yaratıcılık/Creativity
    21-22 Décembre 2010

    Musée Archéologique d'Istanbul
    Salle Yıldız


    Conservation and Creativity: 
    Comparative experiences of creativity for the conservation of Istanbul’s Cultural Heritage Sites
    Subject-focused approaches with the public, NGO’s and experts
    December 21- 22, 2010, Istanbul
  • 22052009 - Maria Alexandra Duchêne : Jardins ottomans entre empathie et revivification. Un regard européen de 1630 à 1820

    Audio konferans :
    Vendredi 22 mai 2009

    Conférence de Maria Alexandra Duchêne

    (Attachée de conservation au Patrimoine, Musée de l’Ile de France, Château de Sceaux), sur  
    Jardins ottomans entre empathie et revivification. Un regard européen de 1630 à 1820,
    organisée à l'initiative et en coopération avec le Centre Culturel Français d'İzmir.

  • Annonce du Troisième forum européen du patrimoine : 1-2/10/210

    TROISIEME FORUM EUROPEEN DU PATRIMOINE
    Patrimoine culturel, Participation, Prospérité. Contribuer à la cohésion et à la prospérité à travers l’usage durable des ressources patrimoniales
    Istanbul, (Turquie), 1er - 2 octobre 2010
    programme

  • Askeri nitelikli hafıza mekânları ve müzeolojik müdahaleler

    Burçak MADRAN
    Müzeograf

    Dünya’da, özellikle Avrupa’da, 20. yüzyılın ilk çeyreğinde yaşanan yoğun çalkantıların, savaşların, göçlerin, yıkımların hafızası, iletişim çağının getirileriyle kesintisiz olarak izlenebilmektedir. Türkiye’nin de dönüşümlerinin en yoğun yaşandığı yakın tarihini doğrudan etkileyen/değiştiren olayların yaşandığı alanların hafızasına ilgi son on yıllarda artmaktadır. Toplumların belleğinde iz bırakan savaşlar, sürgünler, mekânlarla ve izleriyle ilişkilendikçe de ortak belleğin somutlaşmasını sağlar. Bu alanların yaşanmışlığını bütünsel olarak yansıtabilmek için planlanan düzenlemeler karmaşık bir müdahale sürecini gerektirir. 20. Yüzyılın başlarındaki savaşlar ve etkilerine dair çoklu tarih katmanlarının “in-situ” izlenebilirliğini sağlayacak unsurlar “hafıza mekânları” yaratabilmek için birçok uzmanlık dalının etkileşimiyle yeniden ele alınır. Yakın geçmişe dair tarihi miras alanları, kuşkusuz yalnızca fiziksel var oluşlarının izlerinin yorumlanmasından ibaret olamaz. Deneyimlere dayanan kişisel hafıza ile yaygın ya da örgün öğrenme ile edinilen toplumsal hafıza verilerinin, ortak yaşanmışlıkların, olayların geçtiği mekânların anlatımına temel inşa etmeye başladıkları noktada, coğrafi ve/veya kentsel verilerin, taşınabilir ve somut olmayan miras verileriyle de örtüştürülmesi süreci başlar.

    Süreçte; karar verme mekanizmaları, araştırma/değerlendirme/yorumlama katılımcıları, sunum ortakları ve tabii ki hitap edilen kitle ile birlikte çoklu müdahiller yer alır. Özellikle yakın tarihte yaşanan olaylara tanıklık eden miras alanlarında “milli hisler” vurgusunun kaçınılmaz varlığı, hem idari, hem mali, hem de içeriksel bir çokbaşlılığı körükler. Toplumsal hafızayı ilgilendiren bir hafıza mekanının doğal ve şekillendirilmemiş var oluşu içinde algılanması milli hisler açısından “tehlikeli” bir yorumlama sorunsalına son derece açık olduğundan, yapılan/planlanan düzenlemelerin dayanağı nasıl şekillenmelidir? Yaklaşımları farklı müdahillerin (bilimsel yapılar, idari yapılar, sivil toplum yapıları gibi) konuya katkıları algıyı nasıl yönlendirir? Ortaya çıkan görünüm “hafıza ortamı”ndan (milieu de mémoire), “hafıza mekanı”na (lieu de mémoire) nasıl dönüşür?

    Bu noktada yorum kabiliyetini arttırmak için, miras alanıyla doğrudan ilişkili hafızanın maddi kanıtları ve somut olmayan mirasın dayanak teşkil etmek için devreye girmesi, müzeleri ve müzebilimi de projelere ortak kılar. Yine bu bağlamda örneklenecek savaş alanları ve mekanlarının, taşınmaz görünürlüklerinin yanında, halen taşınabilir maddi veriler içermesi, dahası yaşanmışlıklara dair ilk ağızdan tanıklıklara (yazılı ya da sözlü) ulaşılabilmesi müzeolojinin şekillendirici taraflardan biri olmasını kaçınılmaz hale getirir. Müzeolojinin böylesi alanlar için tanımladığı “sit alanı müzesi”, daha yaygın olarak değerlendirilen uzak geçmişe (örneğin prehistoryaya, arkeolojiye) ait, belirli bir yerleşimin taşınır kültürel varlıklarının alanla ilişkisini koparmadan gösterime sunulması mantığından farklı bir yaklaşım gerektirir. Zira nesnelerin yorumlanmasının yanı sıra işin içine bir de doğrudan hafıza verileri girer. Hafıza mekânlarına eklemlenen müzeler, koruma, saklama, araştırma, yorum ve sunum temel işlevlerinden “yoruma” dair çok daha hassas bir özen göstermelidirler. Bu birliktelik aynı zamanda, alan yönetimine Türkiye’de kültür varlıklarının yönetim yapısının gerektirdiği şekilde yalnızca idari olarak değil, aynı zamanda da sorumlu yürütücü olarak dâhil olmaları demektir. Alan yapısına eklemlenen müzeler artık “yorum merkezleri” (centre d’interpretation) formunda hizmetlerini güncellemek durumundadırlar.  

    4533 sayılı Gelibolu Tarihi Milli Parkı Kanunu’nu kapsamında yürürlüğe giren Uzun Devreli Gelişim Planı doğrultusunda, park coğrafyası içinde yer alan 3 müze ve parkla doğrudan ilişkili olan bir askeri müzenin dışında, genelin anlaşılmasına yönelik müzeolojik öğeleri yoğunlukta olan bir “Ana Tanıtım Merkezi” Kilye’de oluşturulmuştur. 2003 yılında çalışmalarına başlanan ve 2005 yılında açılan merkez çok katılımlı bir sürecin ve çok yönlü bir idari oluşumun parçasıdır. Buna göre proje gelişim süreçlerinde alınan kararlar ve uygulamaya yansıması değerlendirmeye değer bir bütündür.

    Benzer, ama toplumsal bellek için daha geri planda kalan bir başka “askeri” hafıza mekanının, Edirne Kıyık Tabyalarında mevcut “Şükrü Paşa ve Edirne’nin Savunması” temalı alanın yeniden düzenlenmesine ilişkin proje ise 10 yıl sonra farklı katılımcıların varlığı ile idari olarak da farklı bir yapı üzerinden başlamıştır.

    Bu sunumda 10 yıllık arayla çalışılan iki yapının ele alınışından yola çıkılarak bir değerlendirme amaçlanmıştır.

  • Aude Aylin DE TAPIA

    contact:   Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Docteure en Histoire ottomane
    Post-doctorante à l'IDEMEC, LabExMed Aix-Marseille Université
    Chercheur associée à l'IFEA
    Chercheure associée au CETOBAC (EHESS)
    Chercheure associée à la Boğaziçi University, Archive and Documentation Center 


    Thèse de Doctorat soutenue en 2016:

    Turkish- and Greek-Speaking Orthodox Christians and Muslims in Cappadocia : Intercommunal Relations in an Ottoman Rural Context (1839-1923)

    Thèse effectuée à l’EHESS (CETOBAC-UMR 8032), en cotutelle avec l’Université de Boğaziçi (The Ataturk Institute for Modern Turkish History)
    Sous la direction de Méropi Anastassiadou et Cengiz Kırlı.

  • Ayşegül Cankat - Le mythe du patrimoine minoritaire : 20/04/2011

    Séminaire "Mémoires et mobilités urbaines"
    Mercredi 20 avril 2011 à 18h à l’IFEA

    Ayşegül Cankat (École Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble)
    "Le mythe du patrimoine minoritaire"
    Intervention en français.
  • Bibliographie indicative

    M. Ahunbay et Z. Ahunbay,Recent Work on the Land Wall of Istanbul: Tower 2 to Tower 5Dumbarton Oaks Papers 54 ,Washington D.C., 2000 (ill.)

    S. Andezian, Le sacré à l’épreuve du politique. Noël à Bethleem, Paris, 2012 (compte rendu)

    Askerî Müze Rehberi,Ankara, 1968

    N. Asutay-Effenberger, Die Landmauer Von Konstantinopel-Istanbul:Historisch-Topographische Und Baugeschichtliche Untersuchungen, W. De Gruyter, 2007

    Atatürk ve Kurtulus Savasi Müzesi, Ankara, date de publication non mentionnée, p.31-37

    A. Avcı, Türkiye'de Askerî Yüksek Okullar Tarihçesi, Ankara, 1963

    I. Aydemir, Military Architectures:  Restoration, Re-Utilisation or  Revalorisation, Europa-Nostra Scientific Bulletin 55, The Hague, 2002

    I. Aydemir, Restoration and Evaluation of the Walled City of Istanbul, Europa-Nostra Scientific Bulletin 58 , The Hague, 2004

    I. Aydemir, Istanbul Dünya Mirası Sit alanı ICOMOS/UNESCO ortak uzman heyeti inceleme raporu, 6-11 Nisan 2006 Mimarlar Odası İstanbul Büyükşehir Şubesi, 2006

    I. Aydemir, Uluslararası Karasularının Korunması için Uygun Yaklaşım ve Yöntemler Sempozyumu, International Symposium on Appropriate Methods and Approaches for the Conservation of the Land Walls,bildiriler 20-22 Ocak 2007, Istanbul,2007

    I. Aydemir, UNESCO Dünya Miras Merkezi/ICOMOS ortak heyeti inceleme raporu 8-13 Mayıs 2008, WHC-ICOMOS reactive monitoring mission report May 8-13 2008, Paris, 2008

    I. Aydemir, İstanbul Surları, İstanbul Büyükşehir Belediyesi Kültür Aş. Yayınları Ağustos 2008

    I. Aydemir,The Reuse of Ancient Fortified Settlements from Middle Ages to Early Modern Time,Europa-Nostra Scientific Bulletin 65,The Hague, 2011

    G. Botros, Religious Identity as an Historical Narrative: Coptic Orthodox Immigrant Churches and the Representation of History, Journal of Historical Sociology 19/2, 2006, p.174-201

    D. Clark, Governance, Alliance and Resistance. Jewish Museums in Italy, in M. Konsip, T. Selwym and D. Clark, Contested Mediterranean Spaces.Ethnographic essays in honour of Charles Tilly, Berghan, 2011, p.240-259

    E. Berthold, M. Dormaels, J. Laplace (dir.), Patrimoine et sacralisation. Patrimonialisation du sacré, actes des 4e rencontres internationales des jeunes chercheurs en patrimoine de l’Institut du patrimoine de l’UQAM 25-26 septembre 2008ed. MultiMondes,Québec, 2009 (extrait)

    F. Cochet (dir.), 1916-2006 : Verdun sous le regard du mondeJuin 2006. Actes du colloque tenu à Verdun les 23 et 24 février 2006, Saint-Cloud, 2006 (présentation sur France Culture)

    E. Copeaux, Espaces et temps de la nation turque. Une analyse de l’historiographie nationaliste de 1931 à 1993, Paris, 1997 (introduction et compte-rendu)

    C. Foss et D. Winfield, Byzantine Fortifications an İntroduction, Pretoria, 1986 (compte rendu)

    D. Guillemare-Acet, Impérialisme et nationalisme. L’Allemagne, l'Empire ottoman et la Turquie (1908-1933), Würzburg, 2009, p. 144-145

    M. Halbwachs, La topographie légendaire des Évangiles en Terre sainte.Étude de mémoire collective, Paris, 1971 (compte rendu 1 et 2)

    N. Heinich, La Fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, Paris, 2009 (introduction, extrait et compte rendu)

    C. Isnart, The Mayor, the Chapel and the Ancestors. Clientelism, Emotion and Heritagisation in Southern France, International Journal of Heritage Studies 18-5, 2012, p.479-494

    P. Louvier, J. Mary et F. Rousseau, Pratiquer la muséohistoire, la guerre et l'histoire au musée. Pour une visite critique, Outremont, 2012 (sommaire)

    D. Lowenthal, Mediterranean heritage: Ancient marvel, modern millstone, Nations and Nationalism 14/2, 2008, p.369-392

    C. Paine (dir.), Godly Things: Museums, Objects and Religion, London, Leicester univ. Press, 2000

    S. Sagnes, Un monument peut en cacher un autre. Rieux-Minervois et sa rotonde, in D. Fabre et C. Voisenat (éds), Domestiquer l’histoire. Ethnologie des monuments historiques, MSH Paris, 2000, p 55-70

    W. M. K. Shaw, Possessors and possessed.Museums, Archaeology, and the visualization of History in the Late Ottoman Empire, Berkeley, 2003  (extrait)

    P. Sintès, Retrouver Rhodes, Teoros1, 2010, p.37-45

    B. C.P. Tsangadas, The fortifications and Defense of Constantinople, New York,1980 (compte rendu)

    M. Uyar et E. Erickson, A Military History of the Ottomans, from Osman to Atatürk, Santa Barbara, 2009 (livre entier)

    E. J. Zürcher, The Unionist Factor. The Role of the Committee of Union and Progress in the Turkish National Movement (1905-1926), Leiden, 1984 (extrait)

  • Boğaziçi’nde mimari koruma’nın hikayesi, üzerinden Türkiye’yi okumak

    Can  Binan , Prof.Dr.
    Yıldız Teknik üniversitesi, Istanbul, Türkiye

    Modern anlamda Mimari koruma konusunda Türkiye için bir tarih yazmak gerekirse bunun önemli bir kısmında sahne İstanbul ve Boğaziçi olacaktır. Boğaziçi alanında Mimari mirasın korunması sürecinin tarihi ve aşamaları kentin bu bölgesinin sahip olduğu doğal ve kültürel miras potansiyeli bağlamında  Türkiye Koruma tarihinin yapıtaşlarını oluşuran uygulamalar ve kavramsal yaklaşımları gözler önüne sermektedir. İzlerini  hala bünyesinde barındırmakta  olan günümüz Türkiye’si Koruma alanı’nı,güçlü yönleri, zayıflıkları, potansiyeli, ve tehlikeleri ile anlamanın yolu bu süreci analitik bir bakış ile çözümlemekten geçmektedir.

  • Burçak MADRAN

    Après avoir terminé une licence au département  de design industriel de la facutlé d’architecture de l’Université du Moyen Orient (METÜ), Burçak Madran a fait une licence d’histoire de l’art et d’archéologie à l’Université d’Aix-en-Provence puis une maîtrise en “archéologie et patrimoine méditerranéen”. Elle a participé aux fouilles de sauvetage du centre ville de Beyrouth (Syrie) ainsi qu’aux fouilles de Tanis (Egypte) supervisées par l’UNESCO avant de rentrer en Turquie. En Turquie, elle a contribué au projet de Musée urbain d’Istanbul (Tarih Vakfı) et aux expositions du Centre culturel de Yapı Kredi. En parallèle, elle a commencé à donner des cours de muséologie (niveau master) à l’Université Yıldız Teknik. Entre 1999 et 2005, elle a été chargée de cours au département d’Histoire de l’Art de cette même université et a commencé une thèse à l’EHESS (Paris) sur la Valorisation des liens entre modernisation et nationalisation dans la muséologie en Turquie. Depuis le début des années 2000, elle a créé la muséographie et le design de nombreuses expositions présentées dans différents musées et centres culturels tels que le parc historique de Gallipoli, les musées de la marine d’Istanbul, le centre culturel Yapı Kredi, les expositions de l’hotel des monnaie (Tarih Vakfı)... En 2005, elle a créé son entreprise Tetrazon Tasarım spécialisée dans la conception de musées et d’expositions et la programmation muséologique et muséographique . Elle travaille dans les musées liés au Ministère de la Culture et à différentes institutions gouvernementales mais aussi dans des musées privés et propose des services de conseil auprès d’instituts et de centre de recherche, de conception, planification et design d’expositions permanentes et provisoires,  en Turquie et à l’international. En parallèle de ces activités, elle continue à donner des cours de conception d’expositions et de muséologie dans différentes universités en Turquie et à Chypre.

  • C. Scalbert-Yücel - M. Girard : Heritage as a Category of Public Policy in the Southeastern Anatolia Region

    Clémence Scalbert-Yücel, Muriel Girard, "Heritage as a Category of Public Policy in the Southeastern Anatolia Region" in Aymes, M., Gourisse B., Massicard, É., Order and Compromise: Government Practices in Turkey from the Late Ottoman Empire to the Early 21st Century, Brill, 2015, 436 p. ISBN: 9789004289796

  • Çalıştay: Türkiye’de Kültürel Mirasın Korunması ve Değerlendirilmesi. Aktörler, Etkileşim ve Çözüm Önerileri : 6-7 Haziran 2013

    affichebil big 1Fransız Anadolu Araştırmaları Enstitüsü tarafından organize edilen seminerler kentsel/bölgesel anıtlar ve sitlerle ilgili –İstanbul ve Kapadokya- “miras değerlendirilmesi (patrimoniality)” konusundaki temel soruları ön plana çıkardı. Konferanslarda bahsedilen tüm konuların içerisinde, şu açıkça görülmüştür ki sitlerin ve anıtların korunması için çalışan tüm aktörler, yerel ihtiyaçlar uyarınca bölünüp kollara ayrılan bir dinamik oluşturarak birbirleriyle etkileşmektedir. Bu etkileşim ve bu etkileşimin oluştuğu durumlardaki değişim hızı ve süreksizlik belirgin olarak gözlenmektedir.

    Türkiye’deki bu durum; zengin, çeşitli ve çok katmanlı kültürel mirasa sahip olmak ve bu mirasın korunması ve değerlendirilmesi için  farklı aktörlerin birarada çalışması gereği  ile açıklanabilir.

    Bazı örneklerde ve özellikle yerel projelerde bu aktörler ve rollerinde çeşitlilikler, farklılıklar hatta birbiriyle çelişen amaçlar ve stratejiler ortaya çıkabilir. Bir sitin ya da anıtın “miras değerlendirilmesi (patrimonialisation)”nın farklılaşan süreçleri bu sebeple kendi içinde detaylı bir çalışmayı gerektirir.

    Alanın yada varlığın özelliğine göre koruma ve değerlendirme yaklaşımı belirlenir. Benzer şekilde bir alanın ve varlığın “miras” değerlendirilmesi tamamlandığında, sürdürülebilir koruma ve yaşatmasıyla ilgili merkezi ve yerel idare ile diğer ilgili kurum ve kuruluşların,  sivil toplum kuruluşlarının sitler ve varlıkların yönetiminde ve gelişimindeki rolü, etkinliği  ve sahiplenmesi yeterli midir? Yerel halk kültürel mirasın yönetiminde ve gelişiminde etkin midir?

    Örnekler doğrultusunda, bu çalıştay sayesinde kültürel mirasın zengin, çeşitli ve çok katmanlı olduğu bu topraklarda, bir projede başarıyı olanaklı kılma olasılığını ve farklı aktörlerin merkezi ve yerel ölçekte buna nasıl eklemlenebileceğini anlamak mümkün olacaktır.

    Kültürel mirasın muhafaza edilmesi ve korunmasında çoğunlukla farklı aşamalarda yer alan çoğunluğu Türkiye’den uzmanların yer aldığı iki günlük bir müzakerede toplanmak istemekteyiz. Bazı yabancı uzmanların katılımı kendi deneyimlerinde tecrübe ettikleri farklı çözümleri tartışmaya açmak konusunda yardımcı olacaktır.

    Kültürel mirasın korunması için gerekli yasal, yönetsel yapı ile karar ve uygulama sürecinde Kültür ve Turizm Bakanlığı, Çevre ve Şehircilik Bakanlığı, Vakıflar Genel Müdürlüğü, yerel yönetimler, İl Özel İdaresi, Milli Saraylar, Üniversiteler, araştırma merkezleri, sivil toplum kuruluşları v.s. konunun aktörleridir.

    Çalıştay 7-8 Haziran 2013 tarihlerinde İstanbul’da Mimar Sinan Güzel Sanatlar Üniversitesi Oditoryumu’nda gerçekleşecektir. Çalıştayın ilk yarım günü IFEA müdürü Jean-François Pérouse ve Prof. Dr. Zeynep Ahunbay’ın başlatacakları tartışmalar ile İstanbul Surları’nı ziyarete ayrılmıştır. Kalan üç yarım günse sunumlara ve bunları takip eden tartışmalara ayrılacaktır. Sonunda bir yuvarlak masa toplantısı ile Türkiye’de sitler ve varlığın koruma ve değerlendirilmesi ile ilgili açıklamalar ve tartışmalar sonuca bağlanacaktır. Çalıştayın devamında bir yayın çıkarılması arzulanmaktadır.

    {module Sponsors Patrimoines}  Mimar Sinan Europa Nostra Turkey

    Bilimsel Komite:

    Prof. Dr. Işık Aydemir (Istanbul Ticaret Üniversitesi, İç Mimarlık ve Çevre Tasarımı)
    Prof Dr. Demet Binan (Mimar Sinan Güzel Sanatlar Üniversitesi, Restorasyon Anabilim Dalı)
    Benoît Fliche (IFEA, CNRS/CETOBAC, Antropolog)
    Cyril İsnart (Arş. Gör. Evora Üniversitesi, Antropolog)
    Jean-François Pérouse (IFEA Director, Coğrafyacı)
    Alexandre Toumarkine (Orient-Institut Istanbul, Tarihçi)

    Düzenleme Komitesi:

    Aylin Aude de Tapia (IFEA, CETOBAC, PhD/Osmanlı Tarihi)
    Anaïs Lamesa (Paris IV, PhD/Bizans Tarihi ve Arkeoloji)
     
  • Can Binan

    Εn 1981, Can Binan a été diplomé du département d’architecture de l’Académie nationale d’architecture et d’ingénierie. Il a ensuite terminé, en 1991, une thèse de doctorat intitulée "Une étude des critères de protection des Caravansérails anatoliens du XIIIe siècle" à l’Université technique d’Istanbul puis a reçu le titre de Professeur en 2010. Il a publié différents travaux sur des questions variées telles que l’histoire de la protection du patrimoine, les technologies de restauration et de protection, les textes internationaux sur la notion de patrimoine ou encore l’architecture médiévale anatolienne mais est aussi l’auteur d’un ouvrage (en turc) intituléL’évolution internationale des idées de protection des monuments architecturaux de 1964 à nos jours et est membre de la Direction du Comité nationale d’ICOMOS-Turquie. Entre 2001 et 2009, il a présidé la 3ème section de la Comission de protection du patrimoine culturel et naturel d’Istanbul. Actuellement, il dirige le département de restauration de la Faculté d’Architecture de l’Université Technique de Yıldız (Istanbul) et travaille comme conseiller pour différents projets de restauration tels que ceux de la mosquée Azapkapı Sokollu ou encore desmedreses des mosquées Şemsipaşa et Kılıçali Paşa.

  • Cappadoce, Terre d’histoire et de cultures

    {div float:left}{module Sem_aylin}{/div}
    La Cappadoce, surtout connue pour ses paysages féériques et ses monuments rupestres est, comme le soulignait X. de Planhol, «un concept géographique étonnamment éphémère et mobile1 » dont la définition des frontières va évoluer au cours de l’histoire. Dès la période perse, la Cappadoce est identifiable dans les textes. Elle s’étend alors de la mer Noire au Taurus et du lac Salé à l’Euphrate.
  • Demet Binan

    Prof. Dr. Demet Binan est directrice du département de restauration de la Faculté d’Architecture de l’Université des Beaux Arts Mimar Sinan et du Centre d’Application. En 1994, elle a terminé sa thèse de doctorat intitulé “Une recherche méthodologique pour la conservation des habitations creusées dans la pierre à travers l’exemple de Güzelyurt en Cappadoce”. Elle devient maître de conférences (assistant professor) en 1998 puis professeur associé en 2000 et professeur en 2007. Ses thèmes de spécialité sont la conservation des environnements historiques et la conservation et restauration architecturales. Elle a participé à plusieurs projets et publié plusieurs livres et articles sur les questions de documentation et de conservation de l’héritage culturel urbain ainsi que sur les monuments turcs médiévaux en Anatolie, leurs techniques de construction et les marques d’outils. A l’université, elle done les cours de licence “Préservation et restauration”, “Relevés”, “Préservation et tourisme”, “Architecture régionale et traditionnelle et préservation”, et de master/doctorat, “Préservation et projets de retauration”, “Projets de mise en valeur de l’environnement historique”. Elle dirige ausi les mémoires et thèses de doctorat d’étudiants.

    Depuis 1982, elle est membre de la T.M.M.O.B. (Türkiye Mimarlar ve Mühendisler Odası Birliği/Chambre des Architectes et Ingénieurs de Turquie), depuis 1994 de l’ICOMOS (Conseil international des Monuments et des Sites), depuis 2006 du Comité de surveillance et de direction des sites d’Istanbul inscrits à la liste du patrimoine mondial de l’UNECO et depuis 2008, elle est présidente du Comité consultatif pour la gestion des sites stambouliotes du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

  • Diyarbakir sur la route de l'Unesco : aspects de la reconnaissance d'une histoire

     Martine ASSÉNAT, McF. Dr.
    Université Paul Valéry, Montpellier, France

    La municipalité de Diyarbakir a mis en place un important  “Plan Urbain de Protection » dont le cahier des charges prévoit notamment « la protection des entités culturelles et naturelles  tenant compte des espaces d’interaction-passage dans les territoires définis comme “site” ainsi que des études sur le terrain comprenant des données archéologiques, historiques, naturelles, architecturales, démographiques, culturelles, socio-économiques, foncières et d’aménagements ayant pour but la protection des entités culturelles et naturelles sur le principe de durabilité ». A ceci s’ajoute la volonté de déposer, à l’automne 2013, un dossier de candidature pour l’inscription de la muraille de Diyarbakir sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité, cette même muraille ayant d’ores et déjà fait l’objet d’importants programmes de réhabilitation. Cette politique laisse une place de choix à la réalisation d’enquêtes dans des domaines nombreux et à la mise en place de programmes complémentaires d’accompagnement. Le programme AMIDA hébergé par l’IFEA a proposé un travail d’inventaire et d’études croisées des textes, documents et éléments urbains hérités essentiellement des périodes hellénistique, romaine et byzantine (sans exclure à terme un élargissement sur les autres périodes) qui doit permettre une meilleure localisation et une connaissance approfondie des contextes historiques et matériels qui sont aussi ceux de l’édification de la muraille. Le programme AMIDA doit également déboucher sur une acquisition de la muraille par un système de prises de vue photographiques visant à en restituer un relevé exhaustif scientifiquement exploitable et à proposer une ou plusieurs modélisations en trois dimensions de ce monument. Ce procédé permet de sauvegarder une image fiable des courtines, tours, ouvrages d’art… sur un tracé de plus de cinq kilomètres encore en partie exposé à des dégradations. Ce travail doit s’accompagner de l’étude des anciennes carrières de Diyarbakir, ce qui aura pour effet de nous ramener au moment de la construction de la muraille, et doit établir un lexique historique spécifique de l’exploitation du basalte dans cette région. Cet aspect du programme prévoit un lien avec l’artisanat local et pourquoi pas avec les ateliers qui seront sollicités pour la restauration de la muraille. L’ensemble des résultats doit alimenter un SIG conçu ici comme un instrument de recherche, de documentation, d’observation de l’évolution du plan urbain de protection et de promotion des espaces urbains.

  • Dossier Échos de Turquie ÉchoGéo 16

    Les chercheurs de l'Observatoire Urbain d'Istanbul ont coordonné la préparation du dossier "Échos de Turquie" paru dans le dernier numéro (num. 16, mars/mai 2011) de la revue électronique ÉchoGéo.
    Coordonné par Jean-François Pérouse, ce dossier fait état des recherches menées en Turquie par Cilia Martin, Brian Chauvel, Yoann Morvan, Clémence Petit, İsmet Akova, Süheyla Balcı Akova et Benoît Montabone.

    Chaque article de ce dossier est consultable en texte intégral.

  • Dossiers de l'IFEA - Patrimoines au présent 7

    M. Assénat (dir.). Les jardins de l’Hevsel, paradis intranquilles [Patrimoines au présent 7], Istanbul, IFEA, 2018 lien

    Cette publication collective est la deuxième d’une série de travaux qui s’appuient sur un programme de recherches AMIDA - relevant lui-même des programmes MISTRALS/ENVI-Med/CNRS – auquel participent de nombreux partenaires, issus des universités, du monde de la recherche, des institutions ou associations de la société civile, et qui s’est tenu les 26 et 27 octobre 2015 à Montpellier. Ont été cette année entendues différentes communications qui cherchaient à mettre en évidence, par des voies et des méthodes diverses, les traces et signes que les jardins de l’Hevsel avaient légués à la postérité ; nous avons également cherché à consolider les espérances et les dynamiques que porte pour le futur leur classement au Patrimoine Mondial de l’UNESCO et les projets de réhabilitation qui lui sont associés.

  • EJTS 20 | Heritage Production in Turkey. Actors - Issues - Scales - Part II

    Heritage Production in Turkey. Actors, Issues, and Scales - Part II. Producing an Official Heritage in a Time of "Neo-Ottomanism": Critical Approaches  is the 20th installment of the European Journal of Turkish Studies at http://ejts.revues.org/4933

    This is the second of two issues focusing on heritage production in contemporary Turkey. The first was released on December 2014 and can be reached at http://ejts.revues.org/4930.

    Edited by Muriel Girard (ENSA, Marseilles), this issue offers offers thought-challenging insights on "Alternative heritages" against dominant neo-Ottomanism.

  • Enjeux et mise en œuvre de la restitution d'œuvres culturelles

    A lire, dans le quotidien Cumhuriyet l’éditorial d’Özgen ACAR (‘Kavşak’) consacré à la question du trafic international d’œuvres culturelles (en pleine expansion sur fond de crise économique), de leurs répercussions sur les relations internationales, de l’importance de la sensibilisation de la population et du rôle joué par les institutions telles que l’UNESCO, du besoin de dialogue entre les pays concernés, au-delà de la convention de 1970 qui visait à mettre à plat le droit international en terme de restitution d’œuvres.

  • Fener ve Balat Semtleri Rehabilitasyon Program’ı Sakinleri yerinden etmeden tarihi semtlerin iyileştirilmesi: yapılabilir mi?

    Burçin ALTINSAY ÖZGÜNER
    Mimar ve restoratör

     

    Fener ve Balat Rehabilitasyon Program’ı uygulama süreci 2003 yılı Ocak ayında başlamış, 2008 yılı Haziran ayında tamamlanmıştır. Avrupa Birliği İnsani Yardım fonlarıyla finanse edilen Program Fatih Belediyesi ortaklığında yürütülmüştür.

    Program çalışmaları 2008 yılının Haziran ayında tamamlandığında; sosyal ve mimari kriterler göz önünde bulundurularak seçilen, 84 evin, Tarihi Balat Çarşısı’nda bulunan 33 dükkanın ve Dimitri Kantemir Evi ile bahçesinin ve Sosyal Merkez olarak kullanılacak olan üç evin restorasyonu, Sosyal Merkez Hizmetleri'nin oluşturulması ve geri dönüştürülebilir katı atıklar için yönetim sisteminin kurulması gerçekleştirilmiştir. Bütçe payı olarak en ağırlıklı bileşen yapıların restorasyonuna ilişkin olandır ve burada amaç; özgün mimarilerinin korunarak restore edilmelerinin yanısıra binaların fiziksel durumunun iyileştirilmesiyle insanların yaşam koşullarının geliştirilmesi olarak belirlenmiştir. Restorasyonu yapılmış yapılarda halen eski sakinleri yaşamlarını sürdürmektedirler.

    Bu Program İstanbul’un tarihi yarımada içinde, Haliç kıyısında konumlanmış tarihi dokularıyla büyük ölçüde korunarak günümüze ulaşmış iki mahallesini kapsayan uygulama alanıyla bu ölçekte kentsel koruma projelerinin uygulanmış ilk ve halen tek örneğidir. Program içeriğindeki fiziksel uygulamalarının kapsamı ve aynı anda çok sayıda yapıda, geniş bir restorasyon sorunları yelpazesinde çalışılmıştır; mimari koruma pratiği açısından önemli bir deneyim ve veritabanı oluşturulumuştur. Ancak bu birikimin ötesinde bu Program’ın sonucunda elde edilen asıl değerli ve özgün deneyim fiziksel uygulamalar sürecinde mahalle sakinleriyle sürdürülen iletişim ve sosyal etkileşim pratiğidir. Katılım biçimleri, sakinlerin tepkilerindeki çoğulluk, çeşitlilik buradaki topluluğun özgül karakteri ve dinamiği bu özel deneyimin oluşmasında etkin faktörler olmuştur. Böyle bir deneyimin varolması özellikle son yıllarda İstanbul’un Fener ve Balat semtleriyle de benzerlik gösteren çeşitli semtlerinde belediyelerin yoğun olarak yürütmeye başladığı kentsel yenileme projelerinin gündemde olduğu şu sıralarda özellikle önem kazanmıştır.

  • Ferudun Özgümüş - İstanbul Üniversitesi Güzel Sanatlar Bölümü Adına İstanbul Sur İçinde Yapılan Arkeolojik Çalışmalar : 12/04/2011

    Séminaire "Constantinople, image de l'empire byzantin"
    Mardi 12 avril 2011 à 18h à l’IFEA
    Ferudun Özgümüş (Historien de l’Art, Istanbul Üniversitesi, Istanbul)
    "İstanbul Üniversitesi Güzel Sanatlar Bölümü Adına İstanbul Sur İçinde Yapılan Arkeolojik Çalışmalar"
    Intervention en turc.

  • Ferudun Özgümüş - İstanbul Üniversitesi Güzel Sanatlar Bölümü Adına İstanbul Sur İçinde Yapılan Arkeolojik Çalışmalar : 12/04/2011

    Seminer "Konstantiniye, Bizans İmparatorluğu'nun imgesi (330-1453)"
    12 Nisan Salı saat 18:00’da, IFEA’da, 
    Ferudun Özgümüş
     (Sanat tarihçisi, İstanbul Üniversitesi): 
    "İstanbul Üniversitesi Güzel Sanatlar Bölümü Adına İstanbul Sur İçinde Yapılan Arkeolojik Çalışmalar"  
    Sunum dili Türkçe’dir.

  • Ferudun Özgümüş - İstanbul Üniversitesi Güzel Sanatlar Bölümü Adına İstanbul Sur İçinde Yapılan Arkeolojik Çalışmalar : 12/04/2011

    Séminaire "Constantinople, image de l'empire byzantin"
    Mardi 12 avril 2011 à 18h à l’IFEA
    Ferudun Özgümüş (Historien de l’Art, Istanbul Üniversitesi, Istanbul)
    "İstanbul Üniversitesi Güzel Sanatlar Bölümü Adına İstanbul Sur İçinde Yapılan Arkeolojik Çalışmalar"
    Intervention en turc.

  • Ferudun Özgümüş - İstanbul Üniversitesi Güzel Sanatlar Bölümü Adına İstanbul Sur İçinde Yapılan Arkeolojik Çalışmalar : 12/04/2011

    Seminer "Konstantiniye, Bizans İmparatorluğu'nun imgesi (330-1453)"
    12 Nisan Salı saat 18:00’da, IFEA’da, 
    Ferudun Özgümüş
     (Sanat tarihçisi, İstanbul Üniversitesi): 
    "İstanbul Üniversitesi Güzel Sanatlar Bölümü Adına İstanbul Sur İçinde Yapılan Arkeolojik Çalışmalar"  
    Sunum dili Türkçedir.

  • İstanbul Karasurlarının Korunması. Yediklule’de T1-T6 arasında Uygulama Çalışmaları

    Zeynep Ahunbay, Prf. Dr.
    Istanbul Teknik Universitesi, Istanbul, Turkiye

    Tarihi İstanbul’un batı sınırını oluşturan, yaklaşık 7 kilometre uzunluğundaki II.Theodosius ve Komnen surları Dünya Mirası Listesinde yer almaktadır. Karasurları için Fransız plancı H. Prost içte ve dışarda, koruyucu bantlar belirlemiştir; koruma imar planı çalışmaları sırasında bu sınırlar korunmuş olsa da, son yıllarda sur çevresinde yapılan uygulamalar kentin siluet etkisini zedelemiştir.

    Karasurları hendek, önsur, ve ana beden duvarları olmak üzere üç bileşenden oluşmaktadır. Depremler, zamanın yıpratıcı etkileri dolayısıyla Ortaçağ’da sürekli onarılan Surların doku ve genel görünüş olarak özgünlüğünü ve peyzaj değerlerini korumak için uluslararası standartlara uygun araştırma, kazı, belgeleme, onarım ve sunum çalışmalarına gerek duyulmaktadır. Dünya Mirası Sözleşmesi’ne göre, evrensel önem taşıyan anıt ve sitler, özgünlüklerini yitirmeden geleceğe aktarılmalıdır. Bu konudaki dikkatsizlik ve ihmaller, kötü ve aşırı restorasyonlar kültür varlığının özgünlük değerini zedelemektedir.

    1991-1994 yılları arasında Karasurlarının güney ucunda, T1- T6 kuleleri arasında İTÜ Mimarlık Fakültesi öğretim üyeleri tarafından yürütülen çalışmada, özgünlüğün korunması ve en az (minimum) müdahale esas alınmıştır. Karasurlarını oluşturan üçlü sisteme ait kalıntıların toprak altında olan kısımları, bir park olarak düzenlenmiş alanın olanakları elverdiği ölçüde, kazıyla ortaya çıkarılmış ve korunmaya çalışılmıştır. Surların mevcut durumu, geçmişi ve yapısal özellikleri derinlemesine araştırılmış; strüktür ve malzeme araştırmaları belgeleme ile birlikte sürdürülmüştür. Fotogrametri yanında, geleneksel yöntemler de kullanılarak, kurulan iskeleler üzerinde dokuya yakınlaşılarak çalışılmış; özenli bir belgeme yapılmıştır. Duvar ve kulelerin tarihleriyle ilgili bilgiler, doku farklılıkları incelenmiş, kronolojik analiz, hasar tesbiti ve koruma öneri paftaları hazırlanmıştır.

    Duvarlar, tonozlar, tuğla hatıllar Karasurlarının ilk yapım dönemi ve geçirdiği değişiklikler hakkında bilgi sağlayan temel kaynaklardır. Kule ve beden duvarlarının başarıyla onarılması için var olan izlerin iyi tanınması, kalıntının geçirdiği aşamaların anlaşılması gereklidir. Deprem hasarı görmüş olan kulelerin gelecekte daha fazla zarar görmemesi için strüktürel durumları değerlendirilmiş ve sağlamlaştırma önerileri geliştirilmiştir.

    Onarımlarda uygun malzeme kullanımı konusuna önemle eğilinmiş, daha önce kullanılan delikli tuğla, çimentolu harç yerine horasan harcı, geleneksel boyutlarda üretilmiş tuğla sağlanmaya çalışılmıştır. Ustaların geleneksel yöntemlerle çalışmalarına özen gösterilmiştir.

    Bu tür arkeolojik çalışmalar, arkeoloji, mimarlık ve mühendislik öğrencileri için eğitim, staj olanakları sunmaktadır. Çok sayıda mimarlık ve koruma yüksek lisans öğrencisi uygulama sırasında rölöve yapma, mesleki birikim kazanma şansı elde etmiştir.

    Arkeolojik sit içinde bazı noktalarda kulelere işlev verilerek, bilgi alma noktaları, dinlenme yerleri oluşturulması öngörülmüşse de, bu çalışmaları yapma fırsatı olmamıştır. Onarım çalışmaları politik nedenlerle 1994 ilkbaharında sona erdirilmiş; öngörülen program tamamlanamamıştır.

    Karasurlarının bakım ve onarımı İstanbul Büyükşehir Belediyesinin görevi olduğundan, bu sorumluluğu üstlenen teknik birimlerin eğitilmesi, uygulama ve denetim kapasitelerinin güçlendirilmesiyle, başarılı uygulamalara doğru olumu adımlar atılması beklenmektedir. Alanı ve çevresini korumak için bir yönetim planına gerek duyulmaktadır. Bozulma süreçlerinin izlenmesi, belgelenmesi; raporların değerlendirilmesi sonunda acil durumların, uygulama önceliklerinin saptanması, eylem planı geliştirilmesi söz konusudur. Sürekli bakım için uygun örgütlenme ve kaynak sağlanması gereklidir. İBB’nin Karasurları ile ilgili bir uzman ekip oluşturması ve her yıl bütçeden bu iş için fon ayırması ile sorun büyük ölçüde çözümlenebilir.

  • Jean-Pierre Grélois - Le regard occidental sur les monuments byzantins de Constantinople : 09/11/10

    Séminaire "Constantinople, image de l'empire byzantin (330-1453)"
    Mardi 9 novembre 2010 à 17h30 à l’IFEA
    Jean-Pierre Grelois (CNRS, Paris)
    "Le regard occidental sur les monuments byzantins de Constantinople"
    Intervention en anglais avec résumés et traductions en turc.

  • Journées d'études : Sites et Patrimoines en Turquie : Fabrique, acteurs, interactions et compromis - 6-7/06/2013

    affichebil big 1L’organisation de séminaires à l’Institut français d’études anatoliennes (IFEA) autour des monuments urbains ou régionaux — Constantinople et la Cappadoce — a mis en exergue certaines questions fondamentales sur la patrimonialité en Turquie. Parmi tous les sujets soulevés au cours de ces conférences, il est apparu que les acteurs, lors de la mise en valeur d’un monument ou d’un site en Turquie, interagissent de manière à créer une dynamique qui se ramifie selon les besoins locaux et se rencontrent rarement dans d’autres pays.

    Cette singularité turque s’explique en grande partie par la richesse de ses monuments qui se surimposent, formant un héritage complexe et subtil qui oblige les différents types d’acteurs à agir de concert afin de monter des projets de valorisation et de protections du patrimoine.

    Discernés ces acteurs est chose facile. Tout projet de mise en valeur ou de protection d’un patrimoine est élaboré par plusieurs types d’institutions ou d’organisations, inscrits dans des systèmes hiérarchisés. On peut ainsi identifier d’un côté, les acteurs publics – l’Etat à travers, entre autres, le Ministère de la Culture et du Tourisme et plus particulièrement de la Direction générale des patrimoines et des musées (Kültür Varlıkları ve Müzeler Genel Müdürlüğü), mais aussi les centres de recherche à fonds publics, les universités publiques ou encore les préfectures et les municipalités – et de l’autre les acteurs privés – fondations (vakıf) et associations (dernek) nationales ou internationales ou encore instituts de recherche privés mais aussi populations locales qui peuvent parfois jouer un rôle important dans les évolutions et décisions concernant le patrimoine d’une région, d’une ville, voire d’un quartier. Appréhender ces différents acteurs par l’intermédiaire d’études de cas locaux révèle leur grande diversité et met en lumière leurs besoins, leurs stratégies et leurs buts qui, parfois, au sein d’un projet de niveau local, peuvent divergés voire même être concurrentiels. Les processus de « patrimonialisation » d’un site ou d’un monument nécessitent donc, en soi, une étude précise.

    Les processus de patrimonialisation nécessitent donc l’action d’une multiplicité d’acteurs publics et privés qui, à travers leurs décisions, mettent en exergue le rôle du patrimoine comme chaînon intermédiaire entre un territoire et sa population, mais aussi déterminent la formation d’une mémoire collective pour qui sites et monuments sont les formes matérielles d’un passé immatériel. C’est dans ce contexte que les questions suivantes gagnent en signification : Quels sont, dans les processus décisionnels, les aspects valorisés et les compromis trouvés entre les différents acteurs du patrimoine? Par qui et comment sont choisis et gérés les sites et monuments mis en valeur par les processus de patrimonialisation ? Quelle place est donnée à la population locale dans l’appropriation du patrimoine ? Quels sont les liens entre patrimoine et mémoire ?

    Par le truchement d’études de cas, ces journées d’études doivent permettre de comprendre comment s’articulent les interventions des acteurs au niveau local et comment se crée l’émulation permettant à un projet d’aboutir, au sein de ce pays au patrimoine si complexe et stratifié.

    Nous souhaitons réunir pour un débat commun, sur deux jours, des intervenants principalement turcs concernés à divers niveaux dans la mise en valeur et la conservation du patrimoine. Quelques intervenants étrangers permettront d’ouvrir plus largement ces échanges et de partager d’autres solutions correspondant à leur propre expérience.

    Ces journées d’étude se tiendront les 6 et 7 juin 2013, à l’auditorium de l’Université Mimar Sinan, à Istanbul. Une première demi-journée sera consacrée à la visite des murailles d’Istanbul en compagnie du directeur de l’IFEA Prof Dr. J-F. Pérouse et duProf. Dr. Zeynep Ahunbay pour amorcer les discussions.

    Puis, les journées se présenteront sous la forme de sessions composées de deux communications de 30 minutes chacune suivies de discussions. A la fin de la deuxième journée, une table ronde permettra aux intervenants d’échanger leurs conclusions sur l’ensemble des présentations. A l’issue de ces journées d’étude, une publication est souhaitée.

    Ce projet associe des institutions françaises et turques : l’IFEA, le Département de restauration de l’université de Mimar Sinan, le Ministère des Affaires étrangères et européennes de France, le CETOBAC (EHESS, Paris) et l’association Europa Nostra Turkey.

    {module Sponsors Patrimoines}

      Mimar Sinan Europa Nostra Turkey

    Conseil scientifique :

    Işık Aydemir (professeur à l’université de commerce d’Istanbul, architecte)
    Demet Binan (professeur à l’université des Beaux-Arts de Miman Sinan, architecte-restauratrice)
    Benoît Fliche (IFEA – CNRS/CETOBAC, anthropologue)
    Cyril Isnart (maître de conférences à l'université de Evora, anthropologue)
    Jean-François Pérouse (directeur de l’IFEA, géographe)
    Alexandre Toumarkine (pensionnaire scientifique de l’Orient-Institut, historien)

    Comité organisateur :

    Aylin de Tapia (IFEA, doctorante en histoire ottomane)
    Anaïs Lamesa (Paris IV, doctorante en histoire byzantine)
  • Kapadokya’da Mimari Mirasın Korunması: Çelişen Beklentiler ve Uzlaşamayan Aktörler

    Gülsün Tanyeli, Yrd. Doç. Dr.
    Istanbul Teknik üniversitesi, Istanbul, Türkiye 

    Mimari mirasın korunması için belki de tek bir anahtar kavram var: Mutabakat. Merkezi ve yerel yönetimlerden koruma kurulu üyelerine, yerel mal sahiplerinden Türkiye genelinde korumaya duyarlı kamuoyuna, yatırımcılara, tur operatörlerine, koruma uzmanlarına ve uluslararası paydaşlara kadar neredeyse sayısız aktörün katkılarıyla yürütülen bir müzakere zemininde çalışılıyor.

    Kapadokya, sözkonusu aktörler çoğulluğunun İstanbul, Antalya ve Ege Bölgesi dışında giderek en karmaşık hale geldiği, çıkar karşıtlıklarının en keskin somutlaştığı ender yörelerden biri. Bu denli geniş aktör kadrolarının katılımıyla biçimlenen yukarıda sıralananlar gibi diyalog ve diyalogsuzluk bölgelerinde ideal başarılı sonuçlar ender olarak ortaya çıkabiliyor. Bu bildiride, 1986 yılında “Dünya Mirası Alanı” olarak ilan edilmiş Kapadokya bölgesinde bellibaşlı aktörlerin belirli bir koruma sorunuyla yüzyüze geldiklerinde nasıl davranmaya giriştikleri sorgulanacak ve uzlaşmaların hangi durumlarda ne kadar mümkün olduğu tartışılacaktır. Aktörler arasındaki çıkar mücadelelerinde gündeme gelen karşıt beklenti ve tercihler, çoğu zaman sanıldığının aksine mutabakatları imkansız kılan engeller değil, bazen mümkün kılan avantajlardır. Kapadokya bu açıdan en verimli gözlem ve uygulama alanlarından birini oluşturuyor.

  • La protection des Fortifications terrestres d’Istanbul. Les travaux de restauration de la section T1-T6 de Yedikule

    Zeynep AHUNBAY, Prof. Dr.
    Faculté d'architecture d'İTÜ, Département de restauration, Istanbul, Turquie

     

    Les fortifications de Théodose II et des Comnène qui s’étend sur 7 kilomètres et forment la frontière ouest du site historique d’Istanbul sont classées au Patrimoine mondial de l’Humanité. Les remparts terrestres étaient protégés sur l’intérieur et sur l’extérieur par des bandes de protection réalisées par l’architecte français Henri Prost; dans le plan de développement et de protection qui s’en suivit, les limites de ces zones ont été maintenues mais au cours des dernières années, les aménagements urbains réalisés à proximité des murailles ont endommagé la silhouette  de la ville.

    Les remparts terrestres combinent trois types de composants différents que sont les fosses, les tours et les courtines. Les tremblements de terre et les effets du temps qui passent ont fait que les murailles étaient restaurées continuellement à l’époque médiévale et afin de conserver l’authenticité et la qualité paysagère du monument, des recherches adaptées aux standards internationaux de restauration, des fouilles, de la collecte de documents, des travaux de restauration et des présentations du site sont nécessaires. Selon la charte signée lors de l’entrée dans le patrimoine mondial, les monuments et sites à l’importance internationale doivent être protégé pour parvenir aux générations futures dans toute leur authenticité. Dans ce contexte, l’absence d’attention et les négligences ainsi que les restaurations trop nombreuses et de mauvaise qualité endommagent donc le monument d’origine.

    Entre 1991 et 1994, la partie sud des murailles terrestres, entre les tours T1 et T6 a fait l’objet de recherches dirigées par le corps enseignant de la Faculté d’Architecture de l’Université technique d’Istanbul visant à proposer un projet de protection conservant l’authenticité du monument en limitant au maximum les interventions physiques sur le bâti. Les partie des ruines des murailles qui se trouvaient sous le niveau du sol ont été excavées et protégées au mieux par la création d’un parc recouvrant cette zone. L’histoire et la structure des parties en élévation des remparts ont été étudiées en détail; la structure et les matériaux ont fait l’objet d’une documentation poussée. A l’aide de la photogrammétrie, des techniques traditionnelles et d’échafaudages légers, on a tenté de se rapprocher au plus près des textures. La collecte d’informations concernant l’histoire des murs et des tours, l’étude des différences de texture, l’analyse chronologique, la détection des dommages et les conseils de protection ont été mis en œuvre durant toute cette période.

    Les murs, les arches et les timbres en brique des remparts terrestres ont été les principales sources pour l’étude du bâti original et des modifications qu’il a connu au cours des siècles. Les traces visibles sur tours et les courtines ont été étudiées en détails pour permettre une restauration de qualité, car il était nécessaire de comprendre les étapes par lesquelles étaient passées les ruines. Les tours qui avaient été endommagées par des tremblements de terre ont fait l’objet de propositions de consolidation adaptées aux structures originales du bâti afin d’éviter des dommages plus importants dans le futur.

    Une attention toute particulière a été portée aux matériaux utilisés pour une restauration adaptée et on a tenté de consolider les structures en utilisant des matériaux anciens tels que les briques trouées, du mortier de Khorasan [fabriqué à base de poudre de brique et de chaux] plutôt que du ciment, et des briques fabriquées de manière traditionnelle. On a aussi prêté attention au fait que les artisans travaillent sur les chantiers avec des techniques traditionnelles.

     

    Ces travaux archéologiques ont aussi permis de proposer des possibilités de stages aux étudiants en archéologie, architecture ou ingénierie. Un grand nombre d’étudiants en Master d’architecture et de restauration ont pu participer aux activités de relevés et ainsi gagner en expérience professionnelle.

    Il était aussi prévu que dans certaines zones du site archéologique, les tours se voient attribuées une fonction particulière, telle que “point d’information” ou “aire de détente” mais l’occasion n’a pas vu le jour. Pour des raisons politiques, les travaux de réhabilitation ont pris fin en 1994 et le projet de réhabilitation proposé n’a pu aboutir dans sa totalité.     

    L’entretien et la restauration des remparts terrestres dépendent de la Municipalité Métropolitaine d’Istanbul (IBB), dans ce cadre il est nécessaire d’éduquer et de former les unités techniques responsables de l’entretien, mais aussi de renforcer les capacités d’administration et de supervision si l’on veut qu’à l’avenir, les évolutions suivent la bonne voie. Pour protéger le site et son environnement, il est nécessaire de mettre en place un plan de gestion. Le suivi des traces d’usure et des dégradations doit être archivé, les rapports étudiés en détails pour déterminer les cas d’urgence et les priorités et la planification des activités de protection élargie. Il faut aussi qu’une organisation adaptée et possédant les fonds nécessaires à un entretien au quotidien soit mise en place. L’IBB résoudrait en grande partie le problème si elle créait une équipe de spécialistes chargées de s’occuper des remparts terrestres et mettre à sa disposition des fonds annuels. 

  • La protection du patrimoine architectural de Cappadoce: entre attentes antagoniques et absence de consensus

    Gülsün TANYELİ, McF. Dr.
    Université Teknik Istanbul, Istanbul, Turquie

              

           S’il n’y avait qu’un seul concept pour parler de conservation du patrimoine architectural, ce serait “conciliation”. Des administrations nationales et locales aux membres des commissions de protection, des particuliers propriétaires de biens fonciers à l’opinion publique turque sensible aux questions de conservation, des investisseurs aux tours operators, des spécialistes de la conservation aux collaborateurs internationaux, il est pour ainsi dire impossible de compter l’ensemble des acteurs qui participent aux débats et projets autour du patrimoine architectural.

     

                    Lorsque l’on aborde la question de la multiplicité des acteurs, la Cappadoce est sans doute, mises à part les régions d’Istanbul, Antalya ou de la Mer Egée, une des rares régions où l’on peut voir avec évidence la complexité des rapports entre ces différents acteurs et leurs intérêts antagoniques. Avec la participation d’une large gamme d’acteurs tels que ceux cités dans le premier paragraphes, les dialogues ou l’absence de dialogue entre eux mènent rarement, en Cappadoce, à de véritables réussites. Dans cette présentation, nous allons étudier et débattre de comment les acteurs, bien définis dans le cadre de la Cappadoce, région entrée dans la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1986, réagissent lorsqu’ils sont face à des questions de protection du patrimoine et dans quelles mesures ils sont capables, ou non, de parvenir à des consensus.

     

    Dans les conflits d’intérêts qui opposent des acteurs aux attentes et aux choix antagoniques, la plupart du temps, contrairement à ce que l’on peut penser, ce ne sont pas les obstacles qui rendent impossibles tous consensus mais bien au contraire les avantages. De ce point de vue, la Cappadoce est l’un des espaces où ces conflits d’intérêts et leus conséquences sur le terrain peuvent être largement observés. 

     

  • Le programme de réhabilitation des quartiers de Fener-Balat. Revitaliser un quartier historique sans en exproprier ses habitants : est-ce faisable?

    Burçin ALTINSAY ÖZGÜNER,
    architecte et restauratrice 

     

    Le programme de réhabilitation des quartiers de Fener et Balat a été cofinancé par l’Union Européenne et la Municipalité de Fatih ; sa mise en œuvre commença en janvier 2003 et se termina en juin 2008. Le programme tournait autour de quatre principales composantes : la restauration des maisons, la réhabilitation sociale, la rénovation du marché historique de Balat et l’établissement de stratégie de gestions des ruines. Le programme avait pour but de faire participer activement les habitants du quartier en collectant leurs  impressions et réactions concernant l’exécution du projet et les processus de décision.

    A la fin du programme, un total de 84 maisons, 33 boutiques du marché historique de Balat, la maison des Cantemir et son jardin et 3 maisons transformées en Centre social, ont été restaurés. Un système de gestion pour les services proposés par ce centre ainsi que pour le tri des déchets a aussi été mis en place. Les habitants du quartier ont pu conserver leurs habitations et/ou leurs boutiques et ainsi continuer la revitalisation du quartier par eux-mêmes.

    Ce programme fut un exemple unique car il fut le premier programme à aller aussi loin dans le travail de réhabilitation de quartiers entiers. Au-delà de la quantité et  variété des interventions de conservation mises en œuvre de manière simultanée sur différents bâtiments, l’interaction sociale avec les habitants par l’implantation locale du programme a permis de véritables et inestimables résultats. La multiplicité, la diversité et le caractère dynamique de la population, ses modes de participation et de réaction ont été des aspects fondamentaux dans cette expérience unique et sont devenus peut-être même plus significatifs lorsqu’on s’intéresse à l’actuelle abondance  de tentatives de « régénération » d’autres quartiers historiques d’Istanbul qui, d’une certaine manière, sont similaires aux quartiers de Fener et de Balat.

  • Les « Jardins de l’Hevsel » : patrimonialisation ou urbanisation ?

    Les jardins de l’Hevsel à Diyarbakır viennent d’être admis, avec le centre historique et ses murailles, sur la liste indicative du patrimoine de l’UNESCO par le Ministère turc du Tourisme et de la Culture.  Ils représentent une surface d’environ 300 hectares étagés entre la muraille romaine et le Tigre. Voués à la culture du murier du ver à soie à l’époque ottomane, ces jardins vivriers et historiques sont à nouveau partagés entre l’agriculture et l’arboriculture. Ils constituent, fait notable, une « réserve historique» de première importance pour l’étude des jardins en Haute-Mésopotamie dont nous n’avons que trop peu d’exemples, pour ne pas dire pas d’exemple. À Amida/Diyarbakir des jardins sont cités dès le IXème siècle avant J.-C  par les Annales royales assyriennes qui rapportent que  le roi Assurnasirpal II combattit devant les portes d’Amida et réduisit ses vergers. Et c’est entre Tigre et Euphrate que doivent être recherchées les réalités qui ont donné lieu à « l’Invention du Paradis » et à ses descriptions dans les textes sacrés, Bible et Coran.

    Lire la suite sur Dipnot

  • Les changements de visage et de perception du patrimoine architectural syriaque

    Elif KESER-KAYAALP, Mcf. Dr.
    Université d'Artuklu, Mardin, Turquie 

    Depuis l’Antiquité tardive, la région de Mardin et en particulier le Tur Abdin qui s’étend de Mardin à l’ouest à Cizre à l’est, est identifiée comme syriaque. Jusqu’au début du XXe siècle, la communauté syriaque de la région était d’une relative importance démographique mais à la suite d’intenses migrations et mouvements de populations, aujourd’hui seul 450 familles syriaques vivent encore dans la région. Malgré cette diminution démographique non négligeable, le Tur Abdin possède toujours un important patrimoine architectural syriaque. Les spécialistes, grâces aux vestiges et aux sources antiques, ont pu compter près de 70 monastères dont 7 sont aujurd’hui toujours en activité. De même, on trouve quelques 200 églises construites ou creusées dans la roche, certaines en ruines, dans près de 60 villages de la région. Une partie de ces monuments date de l’Antiquité tardive tandis que d’autres ont été construits ou reconstruits au cours des deux premiers siècles de l’Islam. Le XIIe siècle et la seconde moitié du XIXe siècles sont aussi des périodes de constructions et de réparations intenses pour les monuments syriaques. Jusqu’au début du XXe siècle, la majorité de ces lieux de culte était encore en activité bien que, comme en témoigne les photographies de Gertrude Bell, une grande partie était déjà ruinée. Les églises en activité faisaient naturellement l’objet de réparations plus régulières mais c’est autour des années 2000 qu’une augmentation remarquable des activités de restauration a eu lieu. En particulier ces 5 dernières années, d’importants efforts de réparation et de restauration sur près de 50 monuments ont vu le jour. Ainsi de nombreux monastères et églises se sont vus ajouter clochers et autres nouveaux édifices.

    Cette présentation n’a pas pour but de juger du bien fondé de ces interventions de restauration ou de (re)construction. En reprenant les théories de Laurajane Smith sur les usages du patrimoine, il est possible de mettre en valeur le rôle joué par les édifices syriaques du Tur Abdin comme médiateurs entre le passé et le présent dans un processus socio-culturel de mémorialisation plus large. En proposant une étude des acteurs et des raisons des évolutions et transformations qu’a connues le patrimoine culturel syriaque au cours de 10 dernières années, nous allons montrer comment ce patrimoine est perçu par différents groupes. Inscrite en 2001 sur la liste des candidats au Patrimoine Mondial de l’UNESCO avant d’annuler sa candidature, la région de Mardin propose aujourd’hui une nouvelle image commerciale et culturelle mettant l’accent sur les biens culturels immatériels que sont par exemple la multiculturalité et le multilinguisme. Nous proposerons donc, pour conclure, de débattre de la place du patrimoine syriaque dans cette nouvelle politique culturelle.

  • Les commémorations de la bataille de Sarıkamıs entre patrimonialisation civile et militaire

    Alexandre TOUMARKİNE, Dr.
    Orient Institut, Istanbul, Turquie 

    Pour l'armée ottomane, Sarikamis (hiver 1914-1915), terminée par une débâcle, fut probablement la bataille la plus traumatisante de la première guerre mondiale. Sa commémoration et sa patrimonalisation sont donc par définition délicates. Son site, dans la province de Kars, se trouve dans une région frontalière du Nord-Est de l'Anatolie largement enclavée, du fait de la fermeture de la frontiere turco-armenienne, et économiquement sinistrée. Pourtant depuis 2004, sa double commémoration  - hivernale (décembre) et estivale ( juillet) - trouve un écho de plus en plus grand en Turquie, qui  la place au second rang, derrière l'inaccessible Çanakkale, objet d'une ferveur inédite et d'un culte permanent qui déborde désormais largement les dates de sa commémoration. Dans le cas de Sarıkamış, on s'attachera plus particulièrement à comprendre comment le rôle de l'armée s'articule avec celui des acteurs de la société civile (associations de hemşehri, Sarıkamış Dayanışma Grubu, etc),  de la Fédération turque d'alpinisme, et des pouvoirs publics locaux (préfet et maire). On tentera par ailleurs de cerner le rôle d'un entrepreneur de mobilisation, le chirurgien Birgün Sönmez, président de Sarıkamış Dayanışma Grubu.

  • Lieux de mémoire à caractère militaire et muséologie


    Burçak MADRAN
    Muséographe 

    Le premier quart du XXe siècle a été une époque, en particulier en Europe, marquée par les guerres, les mouvements de population, le souvenir des destructions ou encore les avancées dans le domaine des communications. Durant ce même quart de siècle, la Turquie a également été profondément affectée par des changements et transformations intenses et depuis une dizaine d’année, l’intérêt pour les sites mémoriels s’est accru. En entrecroisant le souvenir des guerres et des exils encore présents dans les mémoires et les sites et vestiges encore visibles dans le paysage, la mémoire collective a pu se matérialiser. Afin de refléter le vécu de ces sites dans leur totalité, les projets de mise en valeur passent souvent par des interventions complexes sur le paysage. Pour créer des “lieux de mémoire”, il est nécessaire de trouver des composantes visibles “in-situ” de l’histoire  des guerres du début du XXe siècle et de leurs conséquences et surtout de proposer une nouvelle vision mettant en relation les approches proposées par différentes disciplines. Les sites liés à l’histoire contemporaine ne peuvent pas être uniquement interprétés à travers les marques physiques du paysage. Il est nécessaire de prendre en compte les expériences personnelles et le vécu commun donnant lieu à la narration de souvenirs, à la transmission d’une éducation personnelle et à la formation d’une mémoire collective et d’entrecroiser ces informations avec les données géographiques et les éléments fournis par le patrimoine matériel et immatériel. C’est ainsi que commence les processus de patrimonialisation.

    Les processus décisionnels, les spécialistes qui participent aux recherches, aux évaluations et aux interprétations mais aussi la société toute entière sont des acteurs et facteurs de ce processus de patrimonialisation. Les sentiments nationaux particulièrement présents lorsqu’il est question d’événements historiques proches mais aussi les aspects administratifs ou encore financiers rendent ce processus plus complexe encore. Du point de vue des sentiments nationaux, un site géographique à caractère historique pourrait faire l’objet d’interprétations problématiques et c’est pourquoi il est important de s’interroger longuement avant de mettre en œuvre un projet de mise en valeur. Comment les différents acteurs (institutions scientifiques, administratives, organisations non-gouvernementales...) peuvent-ils orienter les approches de ce patrimoine?  Comment, une fois mis en valeur, un site peut-il passer d’un “milieu de mémoire” à un “lieu de mémoire”?

    Pour permette quelques commentaires à partir de ces questions, il faut mettre en relation les vestiges matériels et immatériels de ce patrimoine et par conséquent introduire les musées et la muséographie dans le processus.  Le rôle de la muséologie des sites marqués par les guerres, est, en particulier, de créer des liens entre les traces et vestiges matériels visibles dans le paysage, les  objets de la guerre et surtout le vécu tel qu’il est raconté (à l’écrit ou à l’oral) par les acteurs et témoins des événements. En muséologie, ce type de mise en valeur est appelé “espace muséographique” : plus souvent utilisé pour des sites plus anciens (en particulier des sites préhistoriques ou archéologiques...), l’espace muséographique permet de présenter au public des objets et autres biens matériels à caractère patrimonial sans les arracher de leur site d’origine et ainsi de proposer une approche différente du site historique et du patrimoine. Ainsi, à l’interprétation passant de génération en génération s’ajoute la possibilité d’avoir sa propre mémoire d’un site et d’une histoire. Les musées s’articulent dans ces lieux de mémoire comme des espaces de protection, de conservation, de recherche, d’interprétation et de présentation qui permettent une compréhension plus précise et plus détaillée des sites en question. Dans les politiques du patrimoine culturel de Turquie, cette articulation site/musée n’a pas une seule raison administrative, elle joue aussi un rôle dans la volonté de sensibilisation de la société. Les musées prenant place dans les sites de mémoire sont désormais pensés comme des “centres d’interprétation”

    Dans le cadre de la loi 4533 sur le Parc national historique de Gallipoli a été mis en place un Plan de développement de longue durée. Au cœur de la géographie de ce parc prennent place 3 musées ainsi qu’un musée militaire directement inscrit dans le parc. A cela s’ajoute un “Centre de présentation” situé à Kilye et dont le but est de fournir des éléments muséographiques permettant une meilleure compréhension du site. Commencé en 2003 et inauguré en 2005, le centre a été une pièce majeure du processus de patrimonialisation et de la mise en œuvre d’une large collaboration. Les décisions prises au cours de ce processus et leurs applications nécessitent donc d’être considérées dans leur ensemble. 

    Un autre site de l’histoire militaire, qui, pour le moment, reste en retrait par rapport à Gallipoli, est les forteresses Kıyık à Edirne. Dix ans après la création du parc de Gallipoli, avec de nouveaux acteurs et une structure administrative différente, le projet d’espace muséographique consacré à la thématique “Şükrü Paşa et la défense d’Edirne”  a pour but la réorganisation de la mise en valeur du fort. Dans cet exposé, nous proposerons une comparaison de ces deux sites aménagés à 10 ans d’intervalles.

  • Lire la Turquie à travers l’histoire de la protection du patrimoine du Bosphore


    Can BINANProf. Dr.
    Université Technique de Yıldız, Istanbul 

    S’il était nécessaire de retracer l’histoire de la protection du patrimoine - au sens moderne du terme - en Turquie, la scène principale serait Istanbul et le Bosphore. Sur les rives du Bosphore, l’histoire et les étapes du processus de protection du patrimoine architectural dans cette partie de la ville au potentiel patrimonial important, tant naturel que culturel, donnent à voir les mises en pratique et les approches théoriques qui forment le socle de l’histoire de la protection du patrimoine en Turquie. Il est donc nécessaire d’éudier de manière analytique ce processus afin de comprendre la question contemporaine de la protection du patrimoine en Turquie qui, aujourd’hui encore, conserve dans sa structure les traces de ce socle d’origine, avec ses points forts et ses points faibles, son potentiel et ses dangers.

  • Marc de Ferrière le Vayer - L'alimentation comme patrimoine culturel immatériel, l'exemple du repas gastronomique des Français - 4/6/2015

    Marc de Ferrière le Vayer (Université de Tours)
    "L'alimentation comme patrimoine culturel immatériel, l'exemple du repas gastronomique des Français"
    Jeudi 4 juin 2015 à 17h30 au Palais de France

    L'alimentation comme patrimoine culturel immatériel, l'exemple du repas gastronomique des Français

    Après la ratification de la convention de 2003 de l'UNESCO sur le Patrimoine Culturel Immatériel, il apparaissait que la France pouvait jouer un rôle important pour participer à la définition de ce Patrimoine. Deux points semblaient très important. Le premier reposait sur le fait que la convention ne proposait pas une liste des éléments pouvant la constituer, et qu'elle était de ce point de vue ouverte. La position de la France étant que les premiers éléments classés contribueraient à définir la liste, si possible de manière ouverte. Le second point, tandis que nous sur les questions alimentaires depuis plus de 10 ans, nous étions convaincu que l'alimentation était effectivement une culture et que ses éléments participaient du patrimoine culturel immatériel de la France. Ce n'était pas une occasion d'affirmer une quelconque supériorité de la cuisine française. Il s'agissait de mettre en avant un fait social. En faisant cette démarche, nous souhaitions contraindre l'UNESCO à reconnaître l'alimentation comme un fait culturel. Ceci était important car pouvant permettre ensuite, et ce fut le cas, à d'autres pays de faire la même démarche. C'est à nos yeux important car derrière cette démarche, il y a une dimension plus large, touchant à la biodiversité, aux équilibres alimentaires et aux identités culturelles des populations.    
     
  • Monuments of Tao-Klarjeti in north-eastern Turkey

    Arpine ASRYAN, Dr.
    University of Yerevan, Armenia 

    In the 2nd half of the 10th century and the first half of the 11th century, the regions of Tao and Klarjeti, so called in Georgian sources and Tayk and Kgharjk in Armenian sources, were located in the north-west of Transcaucasus, faced a cultural progress due to geographical and political progress.

    There are a number of churches built in this period, for example monasteries of Oshki, Ishkhan (reconstructed), Parhal, Hahoul, Tbet, etc., which due to the composition and architecture of the buildings, show both traditional (7th cent.) and new artistic tendencies. We witness local art elements as well as Byzantine (influenced by small architectural forms), especially in the outside ornamentation.

    Despite the fact that the tradition of the church ornamentation was quite advanced in Transcaucasus, than before, unlike Byzantium, but we see richer decoration and ornaments of these churches, which find their parallels in small architectural forms and in decorative and applied arts. They are located in the frames and arches of portals and windows, on cornices, lintels, on the bases and capitals of columns, etc.. They can be either simple, more geometric, or complex, with stylized vegetal ornaments. When comparing we find parallels in Byzantine monuments such as Hosios Meletios, Hosios Loukas, Ohrid, etc..

    These ornaments, their combinations, as well as principles of decoration, developed in Tao-Klarjeti, find their usage in the entire region very fast from the beginning of the 11th century.

    The outside ornamentation of Tao monuments, mentioned above, has always been considered as an auxiliary part of the architectural composition, but its artistic solutions should be examined in the context of sculpture of that period. This is just an attempt to draft that direction.

    Sculptural décor of Tao-Klarjeti monasteries, now days located on the north-eastern Turkey, has identical roots of development and communities and it is not correct to view this region in one cultural context and trace a border between Schools of sculpture among which communities are obvious and impossible to deny.

  • Muriel GIRARD

    Docteure en sociologie
    Depuis septembre 2011, maître-assistante en SHS à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille

    Thèse intitulée « Recompositions du monde artisanal et mutations urbaines au regard des mises en patrimoine et en tourisme au Maghreb et au Moyen-Orient (Fès, Istanbul, Alep) »

    Page personnelle

  • Nouvelles conférences sur Diyarbakır à Louxor 8-12 décembre 2013 - HU-BTU First International Conference on Heritage Conservation and Site Management

    – Antoine Perez: De la réhabilitation historique à la question patrimoniale I. Amida/Diyarbakır (Turquie): une cité méconnue de l’Antiquité.

    – Martine Assenat: De la réhabilitation historique à la question patrimoniale II. Mise en valeur et réhabilitation du centre ville de Diyarbakır.

     Diyarbakır, l’antique Amida, a durablement souffert d’un déficit historiographique qui a eu pour effet de minorer tout-à la fois son importance et son rôle historiques durant l’Antiquité. Jusqu’alors, elle était réputée fondée tardivement, sous le règne de l’empereur Constance II (337-361), en même temps que son imposante enceinte, l’un des plus grands remparts antiques à ce jour conservés dans le monde (plus de 5,5 km.). Le caractère monumental de cet ouvrage a, comme par effet de contraste, oblitéré l’existence antérieure de la ville, jugée anecdotique, alors même que de très anciennes mentions attestent son nom dès l’époque medio-assyrienne, à la fin du premier millénaire avant J.-C. L’identification récente d’un grand théâtre romano-italique probablement datable du haut-Empire pourrait permettre de lever un peu le voile sur cette réalité occultée. Associé à la remise en perspective des sources littéraires – gréco-latines, syriaques, arméniennes, perses, arabes -, cette découverte a permis de remettre en perspective l’histoire séculaire et le statut d’une cité qui fut probablement, outre une capitale régionale de l’empire assyrien, une fondation royale hellénistique – séleucide –, avant de constituer, dès l’époque des Sévères, au IIIesiècle ap. J.-C., une ciuitasmajeure des marges orientales de l’empire romain.

     Cette longue durée, associée à la position privilégiée d’Amida, aux confins des mondes classiques gréco-romain et iranien ainsi qu’au carrefour de nombreuses cultures, composera un des argumentaires d’un dossier de classement UNESCO, dossier dont le rempart reste, naturellement, une pièce essentielle.

    A. P.

    Située sur le plateau volcanique du Karacadag à 70 mètres à l’aplomb du Tigre, entièrement bâtie de pierre volcanique noire,  Diyarbakır est la métropole historique de la haute Mésopotamie et le conservatoire de ses cultures successives. Depuis les années 90, le centre ville historique de Diyarbakır (158 hec, enserré dans de spectaculaires murailles romaines connaît une situation de forte pression démographique. La ville est passée de 274 000 habitants en 1980 à plus d'un million et demi d'habitants (1 570943) selon les statistiques de 2012. Dans le centre ville, l’arrivée des populations pauvres a été accompagnée du départ des populations plus aisées ce qui est à l’origine à la fois des nombreuses dégradations des bâtiments traditionnels, qui ont été également réutilisés comme fondations pour des constructions illégales, et, d’une verticalisation de la ville historique. La muraille a été envahie par les geçekondu. De ce fait les pouvoirs publics ont du faire face au processus de dégradation rapide du centre et de ses bâtiments historiques. Aujourd’hui le plan urbain s’attache à promouvoir une demande de classement de la ville au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il a été acté par une politique volontariste de réhabilitation de la muraille, en lien avec celle du centre ville et le réaménagement de plusieurs des axes principaux, qui s’est attaché à remettre la muraille en valeur, à restaurer un certains nombre de bâtiments historiques ou traditionnels et à aménager des espaces piétonniers et des espaces verts. L’ensemble de ces démarches, et en dernier lieu la dynamique que sollicite le projet UNESCO, a favorisé le développement de recherches sur l’histoire de la ville. Un inventaire des biens à protéger a été réalisé. C’est dans ce contexte que le projet AMIDA (du nom antique de la ville) a été mis en place. Il vise à protéger le site en attirant l’attention des acteurs locaux sur l’importance des aspects non nécessairement spectaculaires du patrimoine diyarbakiriote où sur la sensibilité de certaines zones topographiques (quartiers du forum, du tetrapylon, du théâtre, zones des carrières antiques, éléments en réemploi…). Il doit également permettre une acquisition ortho-photographique des murailles et l’élaboration de bases de données utiles aux recherches actuelles et futures.

    M. A.

  • Patrimoine irakien en danger

    Par Hosham Dawod (IR CNRS, responsable de l'antenne de l'IFPO en Irak)

    Au moment où la citadelle d'Erbil vient d'être classée au patrimoine mondial de l'Unesco, les établissements en charge du patrimoine et de l'archéologie irakiens ont depuis quelques jours lancé des appels pressants en direction de la communauté internationale, pour sauver les sites archéologiques et le patrimoine culturel mésopotamien. Le représentant du secrétaire général des Nations-Unis en Irak a fait de même, ainsi que la directrice de l'Unesco

    La région nord-ouest qui se trouve à présent sous le contrôle de Da'esh (l'État islamique en Irak et au Levant) et ses alliés comprend quelques 4500 sites archéologiques. Le marché parallèle des objets archéologiques est à nouveau florissant, après le saccage des musées irakiens en 2003 et les événements tragiques de Syrie depuis 2011, à cause de la situation actuelle en Irak. 

    Il est urgent qu'une mobilisation de grande ampleur se mette en place pour défendre l'héritage civilisationnel de cette région, qui est une partie essentielle de l'histoire universelle. La liste de diffusion Iraqcrisis et le BISI (British Institute for the Study of Iraq)sont extrêmement mobilisés depuis un mois, de même que les personnalités indépendantes et influentes telles que Lamia al-Gaylani, archéologue irako-britannique, pour alerter.

  • Présentation

    Métropole de Haute-Mésopotamie, Diyarbakır est une ville historique majeure du Proche-Orient. À la croisée de la Turquie, de l’Iran, de la Syrie et de l’Irak, elle est dotée d’un patrimoine unique et exceptionnel. Capitale culturelle et économique de la Turquie de l'Est, elle est le relais migratoire principal de populations rurales dont celles fuyant les conséquences des conflits nés de la question kurde ou de la politique des grands barrages. La ville  connaît une situation de forte pression démographique. De 274 000 habitants en 1980 sa population a dépassé  le million et demi d'habitants en 2012. Cette tension s’est d’abord exercée sur la ville historique dont les limites coïncident avec une muraille spectaculaire, vestige insolite du limes romain. Cet afflux de migrants, en investissant les espaces bâtis et en recyclant les matériaux trouvés sur place, menaçait d’endommager irréversiblement un patrimoine fragile, notamment la muraille devenue point d’appui de centaines de gecekondu. Cette situation a eu pour conséquence d’engager  les pouvoirs publics dans une politique active de protection et de mise en valeur du centre historique, le Suriçi, intégrant tout à la fois un cahier des charges volontariste et un rapprochement avec le monde de la recherche et de la conservation du patrimoine. Cette volonté politique s’est d’ores et déjà traduite par un certain nombre de réalisations comme la réhabilitation du quartier d'Içkale, l’aménagement de jardins publics de part et d’autres de la muraille de Diyarbakır, le rachat et la restauration d’un certain nombre de bâtiments historiques, la conception en cours d’un musée de la ville et d'un centre de recherche sur son  histoire,  son patrimoine, mais encore par des opérations en partenariat avec des organismes étrangers. Ainsi le projet Ben-U-Sen en lien avec les Ateliers Internationaux de Maitrise d’œuvre Urbaine de Cergy-Pontoise  a réuni des experts internationaux pour réhabiliter ce quartier de dipler. De même, le projet AMIDA, dans lequel s'intègre cet observatoire, associe des universités italienne, françaises, le CNRS et des chercheurs venus d'horizons différents à fins d'étudier et de valoriser le patrimoine antique de la ville et notamment dans la perspective d'une inscription du site sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.   

    Cet observatoire propose des pages d’actualités relayant essentiellement des articles de presse qui permettent de comprendre l'importance des politiques patrimoniales dans le Sud-Est de la Turquie, des ressources documentaires, et enfin des pages davantage consacrées à la recherche, à ses résultats et à la présentation, sous forme de petits articles, du site historique.

  • Program

    HAZİRAN 6 PERŞEMBE GÜNÜ, Sabah

    Konusmaci ve moderatörler için: Tophane'den gidiş (Çeşme Önü), saat 9.00
    Diğer katılımcılar için: Yedikule Zindanlar Müzesi önü, saat 10.00
    9:00 – 12:30 : Istanbul’un surları. Restorasyon çerçevesinde pratik sorular 
    Prof Dr. Zeynep Ahunbay ve Prof. Dr. Jean-François Pérouse ile, saha çalışması.
    13:30 – 14:45 : Öğle arası

    HAZİRAN 6 PERŞEMBE GÜNÜ, Öğleden sonra

    Mimar Sinan Güzel Sanatlar Üniversitesi’nin oditoryumu
    14:30 – 14:45 : Kayit
    {mp3}06062013_patrimoine/06062013_1_intro{/mp3}
    14:45 – 15:00 : Açılış konuşması
    Prof. Dr. Jean-François PÉROUSE (IFEA Fransız Anadolu Araştırmaları Enstitüsü Müdürü) ve Prof. Dr. Demet BİNAN (MSGSÜ Mimar Sinan Araştırma ve Uygulama Merkezi Müdürü)

    Birinci Oturum. Türkiye’de Surları restore etmek ve değerlendirmek

    Moderatör : Prof. Dr. Işık AYDEMIR (Istanbul Ticaret Üniversitesi)
    {mp3}06062013_patrimoine/06062013_1_asseunat{/mp3}
    Doç. Dr. Martine ASSÉNAT (Université Paul Valéry, Montpellier, Fransa)
    {mp3}06062013_patrimoine/06062013_1_ahunbay{/mp3}
    Prof. Dr. Zeynep AHUNBAY (Istanbul Teknik Universitesi)
    16:00 – 16:15 : Ara
    {mp3}06062013_patrimoine/06062013_1_questions{/mp3}
    16:15 – 17:00 : Soru ve Tartışma

    7 HAZİRAN CUMA GÜNÜ, Sabah

    Mimar Sinan Güzel Sanatlar Üniversitesi’nin Oditoryumu
    9:00 – 9:15 : Kayit

    Ikinci Oturum. Bellek mekanları : Anma, Simgeleştirme ve Eğitim

    {mp3}06062013_patrimoine/06062013_2_intro{/mp3}
    Moderatör : Prof. Dr. Jean-François PÉROUSE (IFEA)
    {mp3}06062013_patrimoine/06062013_2_toumarkine{/mp3}
    Dr. Alexandre TOUMARKINE (Orient-Institut, Istanbul)
    {mp3}06062013_patrimoine/06062013_2_madran{/mp3}
    Burçak MADRAN (Müzeograf)
    {mp3}06062013_patrimoine/06062013_2_questions{/mp3}
    10:15 – 10:45 : Soru ve Tartışma
    10:45 – 11:00: Ara

    Üçüncü Oturum. İbadet Yerleri. Korumadan Rehabilitasyona: Dönüşüm Süreçleri.

    {mp3}06062013_patrimoine/06062013_3_intro{/mp3}
    Moderatör : Doç.Dr. Cyril İSNART (CIDEHUS - Universidade de Évora, Portekiz)
    {mp3}06062013_patrimoine/06062013_3_keser{/mp3}
    Yrd. Doç. Dr. Elif KESER-KAYAALP (Mardin Artuklu Üniversitesi)
    {mp3}06062013_patrimoine/06062013_3_asryan{/mp3}
    Dr. Arpine ASRYAN (National Academy of Science of Republic of Armenia, Ermenistan)
    {mp3}06062013_patrimoine/06062013_3_coskun{/mp3}
    Ars. Gör. Dr. Burcu Selcen COŞKUN (MSGSÜ)
    {mp3}06062013_patrimoine/06062013_3_questions{/mp3}
    12:30 – 13:00 : Soru ve Tartışma
    13:00 – 14:30 : Öğle Arası

    7 HAZİRAN CUMA GÜNÜ, Öğleden sonra

     Mimar Sinan Güzel Sanatlar Üniversitesi’nin Oditoryumu

    Dördüncü Oturum. Sivil Mimari. “Kültür varlığı-çevre”nin Bütüncül Korunması ve Geliştirilmesi: İşlevin Sürdürülebilirliği

    Moderatör : Prof. Dr. Demet BİNAN (MSGSÜ)
    {mp3}06062013_patrimoine/06062013_4_tanyeli{/mp3}
    Yrd. Doç. Dr. Gülsün TANYELİ (Istanbul Teknik Üniversitesi)
    {mp3}06062013_patrimoine/06062013_4_altinsay{/mp3}
    Dr. Burçin ALTINSAY ÖZGÜNER (Mimar, restoratör)
    {mp3}06062013_patrimoine/06062013_4_cbinan{/mp3}
    Prof. Dr. Can BİNAN (Yıldız Teknik Üniversitesi)
    {mp3}06062013_patrimoine/06062013_4_questions{/mp3}
    16:00 – 16:30 : Soru ve Tartışma
    16:30 – 16:45 : Ara
    16:45 : Genel Tartısma ve Sonuçlar
    Kültürel Mirasın Geleceğinin Aktörleri ve Toplumun Süreçlere Katılma Olanakları
  • Sarıkamış : sivil ve askeri miraslaşma arasında bir anma yeri

    Alexandre Toumarkine, Dr.
    Orient-Institut, Istanbul, Türkiye 

    Osmanlı ordusu için birbozgunla sonlanan Sarıkamış (1914-1915Kışı) muhtemelen Birinci Dünya Savaşı'nın en travmatik muharebesi olmuştur. Onun anılması ve miraslaşması doğal olarak hassas bir konudur. Sarıkamış, Kars ilinde, Kuzeydoğu Anadolu’nun Türk-Ermeni sınırının kapanması nedeniyle büyük ölçüde yalıtılmış olan ve ekonomik zorluklar yaşayan bir bölgesinde yer alır.

    Ne var ki 2004 yılından bu yana, yılda iki kez yapılan anma törenleri - kış (Aralık) ve yaz (Temmuz) – şimdiye kadar hiç görülmemiş bir coşku ile kutlanmaya başlanmış; böylelikle de Sarıkamış, artık büyük ölçüde anma tarihlerinin ötesine geçerek sürekli bir kült nesnesine dönüşen, olağanüstü bir ilgi görenerişilemez Çanakkale'nin ardında ikinci sıraya yerleşmiştir.

    Sarıkamış örneğinde, Türk ordusu ile sivil toplum hareketleri (hemşehri dernekleri, Sarıkamış Dayanışma Grubu, vb), Türkiye Dağcılık Federasyonu gibi sivil aktörlerin ve yerel yönetimlerin (vali ve belediye başkanı) nasıl bir etkileşime girdiklerini inceleceğiz. Ayrıca, Sarıkamış'ın yeniden gündeme getirilmesinde büyük payı olan, Sarıkamış Dayanışma Grubu’nun başkanı cerrah Birgün Sönmez’in rolünü de özellikle irdelemeye çalışacağız.

  • Süryani Kültürel Mirasının Değişen Algısı ve Yüzü

    Elif Keser-Kayaalp, Yrd. Doç. Dr.
    Artuklu üniversitesi, Mardin, Türkiye 

    Mardin ve özellikle Mardin’in doğusunda bulunan ve Cizre’ye kadar uzanan Tur Abdin bölgesi Geç Antik Çağ’dan beri Süryanilerle özdeşleştirilen bir bölgedir. 20. Yüzyılın başına kadar bölgedeki Süryani nüfus dikkate değer büyüklükteydi ancak yoğun göçler sonucunda bugün bölgede yaklaşık 450 Süryani aile yaşamaktadır. Bu az nüfusun aksine bölgede hala kayda değer bir yapı mirası vardır. Tur Abdin’de yaklaşık yetmişe yakın manastır yapısını kalıntılardan ve antik kaynaklardan biliyoruz. Şu anda bunlardan yedi tanesi aktiftir. Aynı şekilde altmışa yakın köyde yıkılmış, ayakta duran ya da kayadan oyma yaklaşık iki yüz kilise bulunmaktadır. Bu yapıların bir kısmı Geç Antik dönemde, diğer bir kısmı İslam’ın ilk iki yüzyılında ya inşa edilmiş ya da yeniden yapılmıştır. 12. yüzyıl ve 19. yüzyılın ikinci yarısı da yoğun inşa ve onarım faaliyetlerine tanık olmuştur. 20. yüzyılın başına kadar kiliselerin çoğu aktif durumdaydı ancak Gertrude Bell’in fotoğraflarından gördüğümüz gibi önemli bir kısmı da harabe durumuna gelmişti. Kullanımda olan kiliseler doğal olarak çok sayıda onarımdan geçmişti. 2000’li yıllara gelindiğinde onarım çalışmalarında dikkat çekici bir artma olmuştur. Özellikle son beş yılda yaklaşık elli yapıda iyileştirme çabasına gidilmiş, çok sayıda kilise ve manastıra çan kuleleri ve yeni binalar eklenmiştir.

    Bu sunuşun amacı bu müdahalelerin doğruluğunu ya da yanlışlığını tartışmak değildir. Burada bu mirasa Laurajane Smith’in ortaya koyduğu teorik çerçeveden bakılacak, bu yapılar günümüzle ilişki kurabilmek ve onu anlamak için yollar yaratan hatırlama edimiyle ilgili bir sosyo-kültürel sürecin birer parçaları olarak ele alınacaktır. Süryani Kültürel mirasında son on yılda görülen değişim ve dönüşümün nedenleri ve aktörleri araştırılarak, bu mirasın değişik gruplar tarafından algısına yönelik saptamalarda bulunulacaktır. 2001 yılında UNESCO Dünya Kültür Mirası listesine aday gösterilen, fakat sonra adaylıktan çekilen Mardin’in çok-kültürlülük ve çok-dillilik gibi maddi olmayan kültür varlıklarına vurgu yapılarak pazarlanan yeni imajında Süryani kültürel mirasının yeri tartışılacaktır.

  • Zeynep Ahunbay - Marmara Sea Walls and some notes on their Preservation Problems : 23/03/2012

    Seminer "Anadolu Arkeolojileri"

    Dizi "Konstantiniye, Bizans İmparatorluğu'nun imgesi (330-1453)"

    Prof. Dr. Zeynep Ahunbay (İstanbul Teknik Üniv.) 
    "Marmara Sea Walls and some notes on their Preservation Problems"
    23 Mart Cuma, saat 18:00'da, IFEA'da
    Sunum dili İngilizce'dir.